Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
12 octobre 2007 5 12 /10 /octobre /2007 20:41

Si tu veux concevoir la paix, pose d'abord les armes.


Vous allez  voir qu'un jour, on va nous déclarer la paix et que nous ne seront pas prêts.


Prix Nobel de la Paix Al Gore

2004-0501-230847AA.JPG

ORQUES avec au fond l'Ile de Vancouver

2004-0501-230912AA.JPG

 tu sais que je n'aime pas aller sur un bateau Michka, mais pour un spectacle pareil, je pourrais y rester des jours entiers rien qu'a les regarder. J'ai commencé par les photographier et puis j'en ai eu assez et  j'ai admiré tant que j'ai pu tellement le spectacle de ces mammifères marins. Mon oncle vit sur une de ces iles, et les orques viennent jouer devant chez lui.

Pour que cela continue, il faut continuer a tirer la sonnette d'alarme sur le réchauffement climatique, ou bientot il  ne nous restera plus que des photos et cela n'est pas concevable, que verront donc nos enfants!!!!!!!!!!!!!!

Le Nobel de la paix à l'Américain Al Gore et au panel de l'ONU sur le climat
Al Gore donne une conférence à Istanbul le 12 juin 2007

 

    Le prix Nobel de la paix a été attribué vendredi à l'ancien vice-président américain Al Gore et au panel de l'ONU sur le climat (Giec), un pédagogue et des têtes chercheuses qui chacun à leur façon tirent le signal d'alarme sur les effets dramatiques du réchauffement de la planète.
    La distinction de M. Gore, avocat d'une réduction des émissions de gaz à effet de serre, ne changera en rien la politique américaine en matière d'environnement, a toutefois réagi la Maison Blanche.
    Les deux lauréats ont été récompensés "pour leurs efforts de collecte et de diffusion des connaissances sur les changements climatiques provoqués par l'homme", permettant de réfléchir aux mesures à prendre contre ces changements, a déclaré à Oslo le président du comité Nobel, Ole Danbolt Mjoes.
    Vice-président de Bill Clinton et candidat démocrate malheureux à la Maison Blanche en 2000 face à George W. Bush, M. Gore, 59 ans, a contribué à vulgariser le sujet complexe du réchauffement avec son documentaire "Une vérité qui dérange" primé aux Oscars.
    "Il est probablement l'individu qui a fait le plus pour que l'on comprenne mieux à travers le monde les mesures qui doivent être adoptées", a dit M. Mjoes.
    "Nous faisons face à une véritable urgence planétaire. La crise du climat n'est pas un sujet politique, c'est un défi moral et spirituel pour l'ensemble de l'humanité", a réagi M. Gore, deuxième démocrate américain à recevoir le Nobel en cinq ans après l'ex-président Jimmy Carter (2002).
    A New Delhi, le président du Groupe intergouvernemental d'experts sur l'évolution du climat (Giec), l'Indien Rajendra Pachauri, a de son côté exprimé l'espoir que le prix créerait un "sentiment d'urgence" face au réchauffement.
    Aux Etats-Unis, certains font des conjectures sur la possibilité que le Nobel ravive les anciennes ambitions d'Al Gore à un an de la présidentielle.
    "Cela ne nous intéresse pas de savoir ce que le lauréat fait par la suite", a déclaré M. Mjoes, interrogé sur les chances pour que la carrière politique de M. Gore soit subitement relancée.
    Faisant un travail de fourmi, le Giec expertise et compile les recherches de milliers de scientifiques internationaux. Ses rapports fournissent un socle de connaissances aux décideurs politiques.
    Le Giec prédit notamment une hausse de 1,1 à 6,4°C de la température moyenne planétaire d'ici à 2100, "très probablement" à cause de l'homme.
    Rare voix discordante dans le concert de louanges, le président tchèque Vaclav Klaus s'est dit "un peu surpris" de la distinction d'Al Gore "car les liens entre ses activités et la paix mondiale sont indistincts et peu clairs".
    En récompensant Al Gore et le Giec parmi 181 candidats, le comité Nobel lance un message fort à la communauté internationale à quelques semaines de la conférence de Bali, du 3 au 14 décembre, qui doit se pencher sur de nouvelles réductions des émissions de gaz à effet de serre au-delà de 2012, après l'expiration de la première phase du Protocole de Kyoto.
    Un texte que M. Gore a négocié pour les Etats-Unis, aujourd'hui le principal émetteur de CO2 de la planète avec la Chine, mais non ratifié par le Sénat américain et foulé aux pieds par le président Bush.
    "L'action est nécessaire maintenant, avant que le changement climatique n'échappe au contrôle de l'homme", a précisé M. Mjoes.
    Mais, interrogé pour savoir si le Nobel allait exercer une pression accrue sur l'administration Bush pour changer de politique en matière d'environnement, un porte-parole de la Maison Blanche a répondu par la négative.
    En s'attaquant à la question climatique, le comité étend une nouvelle fois le champ couvert par le prix de la paix. L'an dernier, le Nobel avait privilégié la lutte contre la pauvreté avec le Bangladais Muhammad Yunus et sa Grameen Bank en 2006.
    "D'importants changements climatiques pourraient altérer et menacer les conditions de vie d'une grande partie de l'humanité. Ils pourraient déclencher des migrations massives et déboucher sur une concurrence accrue sur les ressources", a expliqué M. Mjoes.
    "Il pourrait y avoir un risque accru de conflits violents et de guerres entre et au sein des Etats", a-t-il ajouté.
    Le Nobel --un diplôme, une médaille d'or et un chèque de 10 millions de couronnes suédoises (1,08 million d'euros) que se partageront à part égale les deux lauréats-- sera remis le 10 décembre à Oslo.
    Partager cet article
    Repost0

    commentaires

    A
    bonjour Cathie, quel merveilleux article , ce sont des sujets dont il faut parler souvent , et là , tu l'as très, très  bien fait , seront nous prêts pour la paix , quelle belle question , nous n'y avions meme pas pensé ?  je n'en suis pas certaine tes photos sont merveilleuses, elles font rêver , quel bonheur de voir des choses aussi belles, il en reste encore , tu vois , il faut se dépêcher d'en profiter je t'embrasse Cathie, bon mardi 
    Répondre
    L
    nous ne seront pas prêts, mais nous ne seront surement plus là pour voir , ça n'en prend pas le chemin.des bisous bonne nuit
    Répondre
    J
    Tout à fait d'accord avec les derniers commentaires et surtout avec siratus. Il ne faut pas oublier non plus qu'il y avait une autre possibilité à ce prix nobel mais la représentante des Inuits n'est pas aussi connue que celui qui a eu les lauriers ! Dommage j'aurai préféré !
    Répondre
    :
    sois pas triste, ça sera pour dans 4 ans !!!!!!!!bisounours z'ours
    Répondre
    S
    le problème de l'écologie est un problème complexe qui pourra se finaliser et se conclure si tous les dirigeants des pays , c'est à dire les décideurs  avancent d'un même pas sur cette question , la France  peut donner l'exemple et c'est bien de le faire mais si les autres pays ne  bougent pas alors danger..excellent fin de weekend
    Répondre