Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
6 octobre 2006 5 06 /10 /octobre /2006 19:12

Avant 1960, le trottoir de ma rue était superbe. Très large pas comme maintenant et sur ce trottoir, on pouvait sans cesse s'amuser. C'est sur ce trottoir que j'ai commencer a marcher, que mon père m'a appris a faire du vélo ce qui m'a value une dent de cassée, car il tenait mon vélo par derrière en courant et d'un coup d'un seul il l'a laché et j'ai continué à rouler et puis je me suis rendue compte qu'il n'était plus là et je me suis laisser tomber. Je faisais aussi du patins à roulettes ce qui relevait de l'exploit vu les pavés, mais pour jouer aux billes alors là génial. et le top du top c'était les parties de marelles avec les copines et de cordes à sauter car toutes les mamans se retrouvaient aussi pour faire les courses chez les commerçants de la rue et en même temps jetaient un oeil sur nous. Le midi les ouvriers de l'usine Coudé dalboeuf ou Cojo sortaient pour acheter à boire et à manger et en profitaient aussi pour commenter les évènement et le soir, les gens qui rentraient de travailler  prenait le temps de venir parler au comptoir de l'épicerie ou à la buvette. Moi j'adorais m'assoir sur une caisse ou sur une marche de la boutique et regarder tout ce monde rire, s'engueuler fort en parlant politique ou famille. C'était vraiment toute une vie sur le trottoir. Cela m'est resté car lors de mes promenandes ou voyages, je m'assoie toujours partout et je regarde les gens et je discute allègrement avec tout le monde. Par contre sur mon trottoir maintenant réduit à peau de boudin il faut être très fort pour tailler le bout de gras comme disait mon voisin.

 

bagnolet-1960-1.jpg

Partager cet article
Repost0

commentaires