Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
12 mars 2007 1 12 /03 /mars /2007 10:18

Hebergement gratuit d image et photo

PETITION A SIGNER SUR

http://www.chasse-aux-phoques.com/petition.html

 

NON AU MASSACRE DES BEBES PHOQUES A PARTIR DU 20 MARS 2007

POUR QUE CELA CESSE. SIGNEZ LA PETITION

 

Massacre des bébés phoques

Du sang sur la banquise !

(attention certaines images peuvent choquer)

La chasse aux phoques au Canada est le plus important et le plus cruel massacre de mammifères marins sur la planète. Sur la période 2003-2005, les chasseurs ont reçu l’autorisation du gouvernement canadien d’abattre 975000 phoques. Ces derniers sont principalement tués pour leur peau, qui sera utilisée par l’industrie de la mode. Les débouchés commerciaux comprennent l’huile (pour la consommation humaine), les organes génitaux (pour la conception de produits aphrodisiaques à destination du marché asiatique), ainsi que la chair.

Des méthodes particulièrement barbares

Deux phoques agonisent sur la banquise canadienne (JPG) La chasse vise les très jeunes phoques. Le gouvernement canadien lui-même a révélé que 96,6% des phoques tués pendant la saison de chasse 2002-2003 avaient entre 12 jours et 12 semaines. Les phoques sont habituellement tués à coups de gourdin. Depuis quelques années, ils sont également abattus au fusil et en eaux libres. Quelle que soit la méthode utilisée pour chasser les phoques, rien n’assure qu’ils soient tués sur le coup. Beaucoup d’entre eux se font retirer leur peau alors qu’ils sont encore vivants. En 2001, une équipe de vétérinaires indépendants a observé la chasse et a examiné les cadavres dépecés. La conclusion de leur rapport est accablante : jusqu’à 40% des phoques se font dépouiller de leur peau alors qu’ils sont toujours conscients et en mesure de ressentir la douleur. L’IFAW a présenté au Ministère canadien des Pêches et des Océans des vidéos prouvant de nombreuses infractions au règlement canadien sur les mammifères marins. L’on peut y voir des bébés phoques saignés ou écorchés vifs et traînés sur la glace à l’aide de crochets affûtés...

Les boucs émissaires

Alors que le gouvernement canadien prétendait que la chasse aux phoques se justifiait par la raréfaction des poissons dans l’Atlantique et notamment des morues, dont les phoques se nourrissent, voici que cet argument est classé sur le site officiel du gouvernement canadien comme un "Mythe" ! La "Réalité" est enfin donnée : "Plusieurs facteurs ont contribué à entraver le rétablissement des stocks de morue, dont la pêche, la mauvaise condition physique des poissons, leur faible taux de croissance et des changements environnementaux." La raison de l’effondrement de la population de poissons ne fait plus de doute : des années de pêche intensive. Aucune justification ou fondement scientifique ne permet d’établir un lien entre le nombre de phoques et la raréfaction des poissons. De nombreux scientifiques pensent même que la diminution de la population de phoques pourrait aller à l’inverse du but recherché, car les phoques consomment des calmars, qui font partie des prédateurs des morues. Tout le monde est désormais d’accord sur un point : les massacres de phoques ne font pas revenir la population de morues. Le gouvernement canadien utilise aujourd’hui un nouvel argument basé sur la pauvreté de la région et le fort taux de chômage : la création d’emplois. Un argument qui a pour but de monter le reste de la population contre les défenseurs des animaux. Mais les Canadiens ne sont pas dupes. La chasse aux phoques ne fera pas sortir cette région de la pauvreté économique.

L’excuse économique

De nombreuses analyses démontrent que la chasse aux phoques n’est pas viable économiquement. Les aides financières qui lui sont accordées par le Canada n’apportent pas de solutions au fort taux de chômage des régions concernées. Très peu d’emplois sont créés par la chasse aux phoques. Cette activité saisonnière ne représente que 5% des salaires des pêcheurs, et une très faible partie de l’économie de la côte Est du Canada. Devant l’obstination du gouvernement canadien, plusieurs organisations internationales ont alors lancé un boycott sur les produits de la mer canadiens, afin que le Canada abandonne la chasse aux phoques.

La survie du phoque du Groenland est aujourd’hui menacée

Cette année, la glace est exceptionnellement fine et moins étendue que les années passées, à cause de températures au dessus de la normale. Cette banquise est pourtant indispensable à la mise-bas des jeunes phoques : beaucoup de nouveaux-nés ne survivront pas. Selon l’IFAW, les scientifiques missionnés par le gouvernement canadien supposent que les trois quarts des bébés phoques sont morts à la suite du mauvais état de la glace, en 2002. Comme l’argument du maintient de la population de phoques n’est plus valable, le gouvernement canadien aura bien du mal à justifier de nouveaux quotas, sachant qu’un grand nombre de bébés phoques mourront cette année à cause du mauvais état de la glace. Selon des scientifiques, la survie du phoque du Groenland est aujourd’hui compromise au Canada.

Une opposition grandissante...

Manifestation à Paris (JPG) Les sondages révèlent qu’une majorité de Canadiens, d’Américains et d’Européens sont opposés à cette chasse aussi cruelle qu’injustifiable. En effet, les citoyens, aux quatre coins du globe, n’accordent pas de crédibilité au gouvernement canadien, quand il justifie ce massacre pour des raisons économiques ou écologiques. C’est pourquoi une très large partie de l’opinion publique souhaite que le gouvernement canadien cesse de promouvoir la chasse, mais aussi de soutenir l’industrie de la fourrure, de la viande et de l’huile de phoque. Le Parti Vert du Canada a demandé au gouvernement canadien de cesser de distribuer des subventions pour cette tuerie, et de consacrer ce budget à créer de vrais emplois dans les régions touchées par le chômage. De nombreuses personnalités à travers le monde, dont le couple McCartney, qui s’est déplacé au Canada au mois de mars 2006, ont permis d’attirer l’attention du grand public sur la cruauté de cette chasse. Au final, le Canada risque de pâtir de la barbarie de la chasse aux phoques, qui ne peut être que néfaste à son image internationale et donc nuire à son tourisme et aux exportations de ses produits.

article paru en 2005 sur le site du centre des médias alternatifs du Québec

Depuis rien n'a changé le massacre des phoques se poursuit de plus belle…

La deuxième étape de la chasse au phoque commerciale du Canada commence aujourd'hui, le jeudi 14 avril 2005, à Terre-Neuve, où plus de deux cent mille phoques connaîtront la peur, d’indicibles angoisses, souffrances et l’agonie.


Le massacre des phoques se poursuit de plus belle…

L’opposition à la chasse aux phoques est devenue quasiment le symbole le plus répandu à travers le monde de la défense animale, à cause notamment de la publicité que l’ex-actrice Brigitte Bardot a insufflé à cette opposition en s’y associant en 1977 et en se rendant elle-même sur la banquise à cette époque. C’est Marguerite Yourcenar qui avait informé Brigitte Bardot du gigantesque massacre des phoques, des blanchons en particulier, à la fin de chaque hiver sur la banquise, au nord-est du Canada.

Pour plusieurs qui ne veulent pas remettre en question l’attitude dominatrice, destructrice des animaux humains à l’égard des animaux non-humains, il y a empressement à réduire tout le mouvement de défense animale, qui comporte bien des nuances, voire des différences majeures en son sein, à cette croisade de Brigitte Bardot, voire à Brigitte Bardot tout court. Il suffit alors d’attaquer Brigitte Bardot sur ses points faibles, de la ridiculiser, pour s’imaginer clore le débat. Les machos s’en donnent à cœur joie de manière particulièrement puérile. On peut certes critiquer Brigitte Bardot. Elle est sans doute dans l’erreur dans l’évaluation de certaines situations, mais ce n’est pas parce qu’un individu se trompe à certains égards, qu’il se trompe en tout. N’en déplaise aux « vrais » hommes, Brigitte Bardot, une femme certes, célèbre certes, mais un être humain avant tout, se porte depuis 30 ans à la défense des animaux et la légitimité de cette cause est de plus en plus reconnue même si, il ne faut pas se le cacher, il y a grand péril en la demeure avec l’écocide en cours.

Le mouvement de défense animale se divise essentiellement en deux approches. L’approche dite du bien-être animal et celle de la libération animale. Dans le premier cas, on trouve légitime d’exploiter les animaux non-humains mais on veut que cela se fasse avec « humanité ». Dans le second cas, on trouve illégitime, immoral, d’exploiter les animaux et on veut que cessent toutes les formes d’exploitation : élevage, chasse, piégeage, pêche, vivisection, etc.

Cette dernière approche s’inscrit dans un mouvement de libération plus large qui remet en cause d’autres rapports de domination que l’humanité a généré en son propre sein au cours de son histoire. Toutes les formes d’oppression entre les humains et des humains à l’endroit des non-humains sont donc dénoncées et combattues : le sexisme, le racisme, l’homosexisme, les discriminations selon l’âge, les classes sociales,… et le spécisme.

Actuellement, l’approche dite du bien-être animal, l’approche écologiste, de conservation des espèces, et l’approche économique sont les perspectives à partir desquelles est contestée la chasse aux phoques au Canada. Abordons donc en premier lieu cette tradition violente et meurtrière à partir de cet angle de vue.

La cruauté est au rendez-vous chaque année

Cette année, le gouvernement canadien autorise le meurtre de 319 500 phoques. Sur ce nombre, 90% des individus tués auront entre 12 jours et 12 semaines d’âge. Ce ne sont pas des phoques adultes, mais le gouvernement a décrété qu’ils l’étaient du seul fait que leur fourrure blanche s’est muée en une autre fourrure... Si le gouvernement le dit, il faut le croire, n’est-ce pas? Un phoque ne peut se reproduire qu’à partir de l’âge d’environ 5 ans... Bref, on ne tue plus les blanchons, mais on tue encore des individus extrêmement vulnérables, des bébés, beaucoup ne sachant en effet même pas encore nager, n’ayant même pas encore pris le moindre repas solide. Ce n’est pas de la chasse à proprement parler. Les « chasseurs » arrivent sur la banquise à peu près comme s’ils pénétraient dans une pouponnière… et ils s’arrogent le droit de tuer ces tout jeunes êtres en leur fracassant le crâne avec diverses sortes d’armes (plusieurs sont illégales), dont le fameux hakapik (gaffe ressemblant à un pic à glace). Comme tous ces tueurs ne sont pas maîtres dans l’art de tuer du premier coup, il leur arrive de frapper les phoques à répétition, parfois au visage, et dans la frénésie de tuer pour atteindre les quotas permis, une équipe de vétérinaires indépendants a évalué que plus de 40% sont dépecés alors qu’ils sont toujours vivants. Leurs corps auxquels la peau aura été arrachée sans souci des souffrances atroces subies, agoniseront dans une douleur insoutenable juste à l’imaginer...

La chasse aux phoques au Canada n’est rien de moins que le plus grand abattage de mammifères marins sur la planète. Après le kangourou en Australie, c’est le second plus grand abattage d’espèces sauvages. C’est le seul abattage de masse qui implique des animaux sauvages nouveaux-nés, le seul abattage de masse où des bébés sont tués sous le regard de leurs mères.

Pourtant les promoteurs de cette sanglante barbarie disent que tout se déroule « humainement », sans cruauté, et que les cas de violation des règlements, pourtant bien documentés par les opposants à cette chasse, sont l’exception… On concède que c’est une pratique brutale, mais pas cruelle… Le fait de tuer aussi violemment de si jeunes êtres heurte évidemment les sensibilités, et pour cause, mais le problème n’est pas fondamentalement lié au fait que ce soit des bébés qui sont tués. Le problème est le suivant : on violente, on tue, mais pourquoi?

Pour des raisons irrecevables ou carrément mensongères

Les bébés phoques sont tués principalement pour leur fourrure, un produit de luxe, donc inutile, et pour leur huile, un produit riche en métaux lourds et en BPC, qui est utilisée entre autres comme suppléments d’oméga 3. Cet acide gras se trouve en quantité suffisante dans les graines de lin, l’huile de canola, de noix, de chanvre, les noix de Grenoble et les graines de citrouille, pas besoin de tuer des phoques, ni les poissons… Leur pénis, auquel est attribué des effets aphrodisiaques, fait aussi l’objet d’un commerce avec les pays d’Asie… Comme on peut aisément le constater, on massacre des êtres vivants pour des produits d’une extrême inutilité, même nocifs pour la santé… Outre que cette tuerie ne soit pas du tout liée à une quelconque nécessité de subsistance, c’est…

Une tuerie écologiquement non soutenable

Ce ne sont pas des objectifs de conservation qui motivent les décisions du gouvernement canadien, et c’est l’argent des contribuables canadiens qui sert à rendent exécutoires des décisions auxquelles par ailleurs une majorité de ces contribuables s’opposent.

Greenpeace a rendu public il n’y a pas longtemps, un rapport qui démontre clairement que les données "scientifiques" utilisées par le gouvernement canadien pour justifier la chasse commerciale aux phoques sont inexactes, incomplètes et désuètes. Le rapport conclut que la seule solution écologiquement et scientifiquement justifiable est de suspendre immédiatement toute chasse commerciale.

Il a en outre été estimé par des scientifiques travaillant pour le gouvernement – on ne peut donc accuser ces individus de parti pris anti-chasse – que même si les quotas annuels permis étaient réduits à 275 000 phoques à partir de 2006, en 2011, la population des phoques du Groenland serait néanmoins réduite de 30%. Qu’en sera-t-il si le gouvernement canadien maintient les quotas à plus de 300 000 meurtres annuellement? Les phoques du Groenland risque à brève échéance de devenir une espèce menacée d’extinction.

Le réchauffement global, la diminution des ressources en nourriture, l’empoisonnement par les métaux lourds, constituent d’autres réelles menaces à la survie des phoques. Mais il semble que cela ne soit pas pris en considération dans les « calculs » du gouvernement.

Abattre un si grand nombre de phoques constitue également une menace pour le rétablissement des populations de morues puisque les phoques se nourrissent entre autres poissons, des prédateurs de la morue, la morue ne représentant que 3% de son alimentation. Pourtant le gouvernement canadien a effrontément menti à ce sujet dès 1992, il a fait du phoque le bouc-émissaire, le grand coupable de la raréfaction des morues, au lieu de reconnaître que l’avidité humaine, la surpêche, l’incompétence et la mauvaise gestion de Pêches et Océans Canada en étaient les véritables responsables. Ce mensonge a permis de hausser de manière importante le nombre « autorisé » de meurtres de phoques. Aujourd’hui, le gouvernement n’ose plus brandir un tel mensonge, mais on laisse toujours planer que ce sont les phoques qui empêchent le rétablissement des stocks (expression qui en dit long sur notre rapport aux autres êtres vivants, réduits à des marchandises). Des prétextes pour tuer, il en existe toujours, n’est-ce pas? Un ours attaque un humain, que déjà les groupes de chasseurs font pression sur le gouvernement pour leur permettre d’augmenter leurs « prises », leurs « récoltes ». N’est-ce pas une tentative de masquer la violence, de duper les esprits que d’utiliser de tels euphémismes en parlant du meurtre des animaux? Il ne faut pas se laisser berner par le langage des « connaisseurs ».

Une tuerie économiquement non viable

En investissant environ 20 millions de dollars à la fin des années 90, le gouvernement fédéral a réussi à augmenter le nombre de phoques tués à des niveaux jamais vus dans les 30 dernières années. Il continue toujours de subventionner cette chasse : modernisation et construction d’usines de transformation, promotion de cette chasse en Europe et ailleurs, développement de nouveaux marchés pour les produits du phoque, allocation de recherche pour développer de nouveaux produits. Il y a également d’autres coûts impliqués que le gouvernement ne dévoilent pas, comme les dépenses pour ses campagnes de relations publiques qui défendent cette activité meurtrière, la fourniture de brise-glace qui ouvrent les eaux glacées aux bateaux des chasseurs, la fourniture d’hélicoptères qui servent à repérer les troupeaux de phoques pour eux, et l’octroi de personnel pour réguler la chasse et tenir éloignés les opposants et ceux qui tentent de documenter ce massacre. Malgré ces subventions continuelles, ce gouvernement persiste à dire que cette chasse est économiquement viable. Le fait est que cette tuerie qui se présente comme une activité commerciale génère seulement la moitié d’un pourcent du produit domestique brut de Terre-Neuve et du Labrador.

D’autres raisons fallacieuses, notamment d’ordre culturel, sont évoquées pour justifier que ce carnage continue. Je ne désire pas toutes les aborder dans le cadre de mon propos, mais ceux qui le souhaitent pourront s’instruire de tout cela sur les sites auxquels je réfère à la fin de mon texte.

La libération animale

Avec l’approche de la libération animale, il est clair que cette chasse commerciale devrait à tout jamais disparaître. À part la chasse de subsistance, aucune autre forme de chasse ne devrait être tolérée. Ceux qui invoquent la chasse pour réguler les populations animales sont des menteurs, des meurtriers qui essaient de se donner un beau rôle. Si nous ne faisions pas de discrimination envers les autres animaux, si nous n’étions pas spécistes, nous verrions clairement combien il est immoral de tuer des individus pour rétablir des équilibres écologiques dont nous sommes en réalité les grands perturbateurs. Avant que nous déréglions tout sur notre planète, les équilibres se maintenaient par eux-mêmes, se transformaient également... Les humains sont souvent ignorants et arrogants, à cause de cela, ils s’illusionnent et se croient capables de contrôler des systèmes d’interrelations d’une complexité qui les dépassent. Le plus sage serait, avant qu’il ne soit trop tard, de réduire notre empreinte écologique, mettre un frein à notre démographie galopante (sans tuer qui que ce soit bien sûr), et laisser le plus possible la nature à elle-même, à ces dynamiques et alchimies dont elle seule a le secret. Espérer autant d’humilité des hommes, surtout des hommes qui se croient savants, c’est beaucoup espérer. C’est encore un tel espoir qui me pousse à dire à mes semblables que nous devons sortir des dynamiques d’oppression, nous ouvrir largement à la compassion pour y accueillir tout individu vivant avec respect.

Pétitions, lettres, manifestations internationales, menaces de boycott

Tout l’arsenal pacifiste habituel déployé pour tenter d’exprimer un désaccord n’est nullement pris en considération de la part du gouvernement canadien qui ne cesse de faire la sourde oreille. À chaque année, un nombre sans doute assez important de citoyens canadiens et étrangers revient à la charge, demande que cette barbarie cesse. Le Fonds international pour la protection des animaux (IFAW) qui s’oppose depuis 1969 à cette chasse, a recueilli cette année une pétition d’une centaine de milliers de noms qu’il a présentée au gouvernement… mais il semble que cela ne l’impressionne pas. Le dernier « plan d’abattage» gouvernemental, celui de 2003-2005, autorise le meurtre de 975 000 phoques. C’en est trop, la révolte gronde, il faut donc monter aux barricades. Plusieurs organisations se sont donc concertées cette année pour augmenter la pression sur le pouvoir étatique et pour alerter les citoyens un peu partout dans le monde. Le seul moyen efficace de faire pression semble être le boycott. The Humane Society of the United Stated (HSUS) a donc lancé aux États-Unis un appel au boycott des produits de la mer canadiens le jour où le premier phoque a été assassiné cette année. Ce boycott pourrait se répandre bien au-delà de nos voisins états-uniens. Mamon étant le dieu auquel on rend le plus grand culte dans le monde entier, il se peut, si le boycott donne de bons résultats, que le hakapic meurtrier s’éloigne enfin d’au-dessus de la tête des phoques.

Intimidation, menaces et agressions

La première partie de cette « chasse » se déroule dans le golfe St-Laurent, au voisinage des Iles-de-la-Madeleine. Elle est maintenant terminée. Le décompte : 105 000 phoques abattus. Cette année, presque tous les opposants à ce massacre présents sur la banquise pour documenter et être en mesure de répandre la vérité, de montrer cet enfer rouge glacé, ont été sérieusement menacés par des chasseurs (Sea Shepherd Conservation Society, HSUS, IFAW). Quelques-uns ont littéralement été agressés, notamment des membres de l’équipage du Farley Mowat de la Sea Shepherd Conservation Society. Quelques chasseurs frustrés, violents, ont brandi le hakapik en direction des opposants -cette arme mortelle a même utilisée au risque de grièvement blesser un vidéaste « inopportun » - ces brutes les ont bousculé, frappé, d’autres dégénérés ont pointé leurs armes à feu en direction des défenseurs des phoques, et certains sont allés jusqu’à tirer des coups de feu au-dessus de la tête de ceux qui défendent la vie au risque de la leur. Les défenseurs des phoques, surtout ceux du Farley Mowat, se sont retrouvés maintes fois dans des situations périlleuses. On retrouve des compte-rendus fort détaillés de ces agressions sur le site de la Sea Shepherd Conservation Society. Ce comportement agressif de la part des « chasseurs » confirme une fois de plus une vérité reconnue : la violence à l’encontre des animaux et celle à l’encontre des humains vont de pair… Une société qui légitime ou tolère la violence à l’égard des animaux ne saurait mettre fin à cette violence en son sein même.

Les agressions commises à l’endroit des défenseurs des phoques ne pourraient avoir lieu sans la complicité et la participation active du gouvernement du Canada. Pour pouvoir observer la chasse, il faut obtenir une autorisation qui requiert une enquête préalable, tous les prétextes sont bons pour refuser cette autorisation. La Garde côtière canadienne et la Gendarmerie royale du Canada appliquent une intimidation et une répression outrageuses contre les défenseurs des phoques tout en coopérant avec les chasseur pour les aider à accomplir le massacre. Les observateurs n’ont pas le droit de s’approcher des chasseurs, en revanche lorsque ces derniers s’en prennent aux défenseurs des phoques, ils ne sont guère inquiétés... Lorsque certains membres de l’équipage du Farley Mowat ont été attaqués, ils se sont empressés de signaler cette agression à la GRC, mais ce sont eux qui se sont fait arrêter...

Les médias de masse sont également complices dans cette affaire. La mort de Karol Wojtila tombant à point pour ignorer ce qui devrait faire l’objet d’un débat public.

Aujourd'hui…

La deuxième étape de la chasse au phoque commerciale du Canada commence aujourd'hui, le jeudi 14 avril 2005, à Terre-Neuve, où plus de deux cent mille phoques connaîtront la peur, d’indicibles angoisses, souffrances et l’agonie. Le Farley Mowat, avec son capitaine Paul Watson (co-fondateur de Greenpeace) qui en a vu de toutes les couleurs (menacé, battu, traîné dans les eaux glacées par des « chasseurs », emprisonné,…) depuis qu’il se bat du côté de la vie, des phoques en l’occurrence, sera présent sur les lieux du crime, un crime banalisé, légal… J’espère qu’aucun mal ne sera fait aux gens courageux qui sont à son bord, j’espère que la justice triomphera.

Sea Shepherd Conservation Society

Le Fonds international pour la protection des animaux

The Humane Society of the United Stated


Katherine

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

L
coucou merci de votre visitel\\\'année dernière j\\\'étais sur les rochers entre Pourville et dieppe.il y avait là un phoque qui se reposait . en 1er ! les 2 gros yeux ronds qui me regardaient !en 2 je ne pensais pas  trouver un animal comme ça chez nous. .les tuer c\\\'est l\\\'horreur.bonne nuit la mouette
Répondre
O
j'adore les phoques ma fille aussi
M
pétition signéebisous
Répondre
O
merci beaucoup michka
C
Quelle horreur.......; On m'a envoyé un truc horrible aussi qui se passe en Asie,  une vidéo insoutenable ou les animaux dépouillés de leur fourrure "vivent"  toujours.........  Je vais signer la pétition....   bizz Celine.
Répondre
O
je l'ai vu et celle des ours, c'est une horreur. merci pour eux
on s'en prend toujours aux bêtes sans défense !! je dis non et non !! j'y fais ...<br /> bisounours z'ours <br />
Répondre
O
merci de ton soutien z'ours
P
J'ai deja signée bisous
Répondre
O
merci pour eux