Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
10 février 2007 6 10 /02 /février /2007 15:26

Petite promenade à TACOMA, au Musée d' Art Comtemporain. Il faisait très beau, et les couleurs du couloir "Vénétian  Wall" mur vitrine étaient extraordianires. Bon avant les minettes avaient mangées des glaces offertes par le personnel du musée ce qui ne gachait rien à la promenade.

Une partie du mur vitrine

 une partie du plafond

 

article sur le musée paru dans "verre on line " 

Ouvert en juillet dernier, le Musée d’art contemporain de Tacoma, près de Washington, s’enorgueillit d’une série d’impressionnantes installations architecturales en verre conçues par le célèbre artiste verrier américain Dale Chihuly, natif de la ville. Sur un passage piétonnier de 154 mètres reliant le musée à la ville, ces « tableaux » préparent le public à leur rencontre avec le verre.

Édifice stratégique, ce Chihuly Bridge of Glass relie la cité de Tacoma à la ville basse où est implanté le Musée. Il surplombe une route majeure interstate et un enchevêtrement de voies ferrées. Ce lieu est symbolique pour les habitants de Tacoma. Au XIXe siècle, cet estuaire proche de la mer accueillait un commerce et une industrie florissante. Aujourd’hui, la zone sert de terminal ferroviaire. Dale Chihuly a saisi l’importance d’intervenir sur ce pont depuis le début du projet.

Revenons sur la genèse du musée de Tacoma qui pourrait bien devenir l’alter ego de celui du Corning, près de New York. En 1992, George F. Russel Jr., homme d’affaires, projette d’édifier un musée d’art contemporain dans cette zone de docks et de friches industrielles afin de relier le cœur de la ville à sa Dowtown. Le seul artiste local internationalement reconnu est le maestro du verre Dale Chihuly, Russell décide donc de lui consacrer une grande part du futur Musée.

Après le traditionnel concours d’architectes, remporté par le Canadien Arthur Erickson, les levées de fonds privés et différents changements de caps, le Musée Dale Chihuly devient Musée du Verre, puis Musée d’Art Contemporain. En juillet 2002, Tacoma est inauguré. Un complexe « à l’américaine » : tout y est, des ateliers de soufflage aux boutiques, des cafés aux centres de documentation, en passant par les amphithéâtres dédiés aux conférences. Le symbole de Tacoma est son cône métallique gigantesque recouvert de tuiles d’acier inoxydable qui accueille les ateliers de verre. Penché de 17° vers le Nord, il évoque les anciens fours à céréales du XIXe siècle, seuls signaux monumentaux de la côte d’autrefois fourmillante d’activités.

Tout au long de l’aventure, Dale Chihuly pratique une politique d’ouverture et de modestie. Selon lui, un musée d’art contemporain ne peut se résumer à un matériau, un artiste ou un pays. Ce ne sera donc pas lui qui réalise l’exposition d’inauguration mais deux de ses amis, le couple tchèque Libensky Brychtova. Mais ce pont de verre long de 154 mètres lui tient à cœur et il a envisagé d’en faire un théâtre ponctué de scénographies marquantes. En étroite collaboration avec un architecte différent de celui du Musée, Arthur Andersson, de Andersson-Wise, Chihuly conçoit une œuvre à la fois spectaculaire, mondialiste et intime.

Imaginez : vous avez laissé votre belle Américaine au parking ou sortez de la station ferroviaire « Union ». Empruntant le passage qui mène au Musée, le premier tableau, Seaform Pavilion, annonce la couleur. Il s’agit d’un fleuve de verre constitué de 2364 formes, cônes, flasques, anneaux multicolores, suspendu au-dessus de vous par un plafond technique transparent, subtilement éclairé de nuit grâce à un subtil réseau de fibres optiques. Les parois latérales sont en vitres teintées afin de vous immerger totalement dans cet océan. Dale Chihuly, qui raffole des bords de mer, y traduit des évocations à la fois géologiques et animales.

Quelques dizaines de mètres plus avant, vous passez sans le savoir sous les Crystal Towers, tours de 12 mètres de haut formées de 64 immenses galets translucides empilés, lumineux de nuit afin de servir de signal pour la ville et la côte. L’œil avisé des lecteurs de « Verre », détectera qu’elles sont en Polyvitro, cristal de synthèse en Polyuréthane, utilisé de plus en plus en conditions extrêmes, par les artistes verriers anglo-saxons.

Enfin, vous longez le Venetian Wall, mur-vitrine accueillant avec une rigueur de collectionneur d’insectes 109 sculptures de Dale Chihuly. À travers ce travail, l’artiste a voulu rendre hommage à l’Europe, principalement Venise et Rome, et à l’Ikebana japonais. L’intérêt de l’intervention réside dans la facture des pièces : ni utilitaires ni figuratives, elles suscitent l’imaginaire. On croit reconnaître des oeuvres de musée soigneusement conservées, alors qu’il ne s’agit que d’exercices ludiques faisant appel à l’inconscient formel d’un « gamin » de 61 ans.

Ce sas de décompression est un musée avant le musée. Le verre y est représenté dans sa nouvelle dimension : respect et évocation des techniques ancestrales, jubilation de l’instantanéité du faire, relation avec l’architecture.

 

 

Partager cet article
Repost0
9 février 2007 5 09 /02 /février /2007 15:17

le carnaval de Venise est pour bientot, alors pour vous mettre l'eau à la bouche si vous aimez l'exentricité, les beaux costumes, le bruit, la foule, les pieds écrasés, les yeux emmerveillés par le décor millénaire de Venise, quelques photos parmi des dizaines réalisées pendant le carnaval. C'est le moment de prendre un billet d'avion et surtout son appareil photo.

Partager cet article
Repost0
6 février 2007 2 06 /02 /février /2007 14:41

Les grandes vacances se préparent à l'avance, alors pour ceux qui ne connaissent pas Yellowstone, un premier aperçu parmi tant d'autres a découvrir. A Yellowstone, pas de chasseurs, mais des touristes, et si vous voulez éviter la foule ou les bouchons sur les routes du parc, rejoignez les sentiers hors des routes soit avec un garde, ou tout seul, mais a condition de bien connaitre les itinéraires. La rencontre fortuite avec les ours n'est pas impossible, car si maintenant ils ne sont plus sur les bords de la route a quémander de la nourriture, ils sont toujours dans le parc (ce qui est normal) et ne sont pas apprivoisés (dieu merci).

 HISTOIRE DE YELLOWSTONE

En 1871 Hayden dirigea une deuxième et plus importante expédition, cette fois-ci financée par le gouvernement. Il rédigea un rapport complet sur Yellowstone, comprenant des photos de W.H.Jackson et des illustrations de Thomas Morgan, ce qui incita le Congrès des etats unis d'Amérique à protéger cette région. Le 1er mars 1872, le président Ulysses  Grant signa le décret créant le Yellowstone National Park.

Langford occupa alors bénévolement pendant cinq ans la fonction de superintendant, et fut suivi par d'autres, qui travaillèrent avec des moyens très modestes. Le deuxième surintendant, Philetus Norris, réussit à obtenir un petit salaire et quelques subventions, qu'il employa notamment pour recruter Harry Yount, afin de contrôler le vandalisme et le braconnage dans le parc.

Mais devant l'insuffisance de moyens pour protéger ce site naturel, l'administration de Yellowstone fut confiée à l'armée à partir de 1886 et jusqu'en 1916, on l'on créa un corps de gardes civils spécifiques (rangers), sous l'autorité du National Park Service.

Au début du XXe siècle, les Etats Unis construisirent une route de 225 kilomètres en forme de 8 permettant de relier les points les plus intéressants du parc. Le tracé définitif de la Grand Loop Road date de 1905.

Le parc de Yellowstone fut déclaré réserve internationale de la biosphère le 26 octobre 1976 et intégré au patrimoine mondial de l'UNESCO le 8 septembre 1978.

Durant l'été 1988, particulièrement sec, des incendies causés par la foudre ravagèrent de grandes zones du parc (plus de la moitié!). Des milliers de pompiers essayèrent de contenir le feu pour protéger les habitations. Mais on accusa les pouvoirs publics ne pas avoir eu la volonté d'éteindre complètement les foyers, qui restèrent en activité jusqu'aux pluies automnales. Certains écologistes affirment en revanche que les incendies sont un phénomène naturel qu'il ne convient pas d'entraver. De fait, peu d'animaux de grande taille furent victimes des incendies. Les arbrisseaux repoussèrent spontanément, on redécouvrit quelques panoramas intéressants et de nouvelles découvertes géologiques et archéologiques virent le jour. Mais il faudra des dizaines d'année avant que Yellowstone retrouve son visage d'antan. De nos jours, le National Park Service allume volontairement quelques incendies circonscrits, afin de prévenir une catastrophe de l'ampleur de celle de 1988.

 

 

 Les minettes à YELLOWSTONE

Partager cet article
Repost0
30 janvier 2007 2 30 /01 /janvier /2007 21:21

Ce matin comme tous les matins, je prend mon vélo, youpi, il ne fait pas froid, il ne pleut pas. Je roule tranquillement, prend une rue à Montreuil ou la piste cyclabe est sur le trottoir, et au moment ou un piétion râle parce que c'est lui qui est sur la piste et non moi sur son trottoir, je me remémore qu'à Amsterdam, j'ai échappé plusieurs fois à l'accident car n'ayant pas l'habitude de partager les trottoirs avec les cyclistes, je marchais sur les pistes cyclables qui elles se trouvaient sur les trottoirs. J'avais trouvé cela dangereux pour les piétons et les cyclistes, mais visiblement les hollandais étaient bien plus disciplinés que nous et surtout les cyclistes sur de leur bon droit ne faisait aucun cadeau aux piétons.

A Montreuil, il y a une piste cyclable qui va vers Saint Mandé et elle passe sur les trottoirs, et il est pratiquement impossible lorsque les gens sortent des bureaux d'avoir acces à cete piste car tout le monde marche n'importe ou et on frole la catastrophe régulièrement. Le mieux est de rouler sur la rue. Mais là encore,  il faut en permanence être vigilant car les camions ne font pas de cadeaux, et ce matin un chauffeur trouvant que je ne roulais pas assez vite (il va falloir que je me dope) m'a serré contre les voitures en stationnement en klaxonnant comme un fou et en plus j'ai eu droit au superbe doigt. Génial, si les municipalités veulent que les gens se déplacent en deux roues il va vraiment falloir faire quelque chose de pratique, autant pour les cyclistes, que les piétons, et les voitures, sinon cela va être la guerre a chaque fois que l'on sort de chez soi. Je veux bien contribuer a sauver la planète mais je ne veux pas me retrouver à l'hopital parce que un piéton m'aura coupé la route avec comme excuse "vous ne faites pas de bruit, je ne vous ai pas entendu" (mais c'est pour cela que je prend mon vélo c'est parce qu'il ne fait pas de bruit) ou au cimetière parce qu'un automobiliste pas content que je ne roule pas assez vite dans les montées (j'ai pas un scooter) me pousse sur le coté pour passer.

AMSTERDAM ville pour les vélos

 

 

 

Partager cet article
Repost0
29 janvier 2007 1 29 /01 /janvier /2007 22:02

Lors d'une émission de France Info, un week end, j'ai découvert un jeune professeur français des écoles qui est parti s'installer au Cameroun. Il raconte sa vie de tous les jours sur un blog.  Ce pays de par mes attaches m'est très cher, et je voudrais vous faire découvrir le blog qu'il tient régulièrement, ce qui n'est pas facile car internet ne fonctionne pas très bien surtout pendant la saison des pluies. Au printemps j'ai l'intention d'y retourner avec ma fille et cette fois ci avec mon jules.

son blog est : http://stefautourdelaplanete.over-blog.com 

Avant gout du Cameroun

Ma fille sur la plage à Limbé - l'éruption du volcan a fait des plages de sable noir

Mont Cameroun depuis Douala

Partager cet article
Repost0
28 janvier 2007 7 28 /01 /janvier /2007 19:44

Aujourd'hui, plus de Tahitiennes, elles sont restées à Tahiti sur leur île paradisiaque. Juste un père confronté à sa fille, une délicieuse ado qui non contente d'être toujours à l'embêter, trouve le moyen d'appeler sa copine depuis les USA pour qu'elle aussi vienne l'aider dans son entreprise de destabilisation de son père. Pas question que pendant le reste du séjour elle soit seule pour l'embêter. Cela a marché, sa copine a pris l'avion et elles se sont amusées comme des malades.

 

 

 

Partager cet article
Repost0
21 janvier 2007 7 21 /01 /janvier /2007 22:55

Un clin d'oeil à MICHKA : photos prises cet été dans la ville de QUEBEC

merci de m'émerveiller avec tes superbes photos : www.michel-sazarin.com

DANS UNE RUE DE QUEBEC

CHATEAU DE FRONTENAC - QUEBEC

Partager cet article
Repost0
18 janvier 2007 4 18 /01 /janvier /2007 15:29

 

IL EST PERMIS DE REVER.

IL EST RECOMMANDE DE REVER.

 SUR LES LIVRES ET LES SOUVENIRS.

SUR L'HISTOIRE DE LA VIE

Partager cet article
Repost0
14 janvier 2007 7 14 /01 /janvier /2007 22:53

En allant se promener un dimanche avec ma fille et  mon jules qui ne bossait pas, nous avons découvert un village incroyable. On se serait cru dans un film. La rue principale sans un chat comme une ville fantôme ou on s'attend a voir arriver les Daltons et luky luke, pas d'immeuble, et en continuant cette rue, tout au bout du village, une église avec un immense terrain et là tout le village en train de pique niquer avec les enfants, les chiens, les barbecues, le tout avec une musique country. Un autre monde par rapport à seattle. Incroyable la gentillesse des gens et surtout de cette femme qui tenait le seul magasin de tout le village et qui était ouvert 7 jours sur 7 et qui n'en pouvait plus. Elle etait étonné de voir trois français dans sa boutique car ce n'était pas courant, les touristes ne venant pas ici.

 

  Le magasin extérieur et intérieur

Partager cet article
Repost0
14 janvier 2007 7 14 /01 /janvier /2007 22:53

Rodéo dans le Missouri à West yellowstone lors de notre visite dans le parc. Nous n'avions pas encore eu l'occasion d'en voir un depuis notre arrivée aux USA, mais je n'aurais pas voulu rater cela. Quelle ambiance, tous les habitants du coin viennent acclamer leurs héros. Il y a un bruit pas possible, la fête, les chevaux magnifiques et les vaches qui ne se laissent pas faire.

En tant que parisienne, je n'avais vu cela qu'a la télé dans des films de cow boys.

Partager cet article
Repost0