Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
20 novembre 2007 2 20 /11 /novembre /2007 18:03


2006-0513-095144AA.JPG

2006-0513-105624AA.JPG


2006-0514-093243AA.JPG

ABOU DHABI

Il y a une autre liberté que la liberté politique, c'est celle qui se gagne par rapport aux idées reçues.

La grève continuant,  la pluie aussi, la morosité étant omniprésente en ce moment sur tous les fronts, je me demande encore ce soir ce que je fais à Bagnolet ou là aussi malgré l'amour que je porte à ma commune, je trouve que c'est pas le pied, et pourquoi je ne filerais pas vite fait avant que les compagnies aériennes se remettent elles aussi encore en grève au pays du soleil.

2006-0513-094845AA.JPG
Partager cet article
Repost0
19 novembre 2007 1 19 /11 /novembre /2007 16:48

A la place de Delanoë, je supprimerais carrément la voiture en ville et je remplacerais tous les transports en commun par des pousse-pousse, ce qui nous permettrait peut être de repiquer à Pékin l'organisation des JO pour 2008!
Laurent Rouquier (2002)

Aujourd'hui, une fois n'est pas coutume, je râle

J'avais été interpellé le 3 novembre 2007, en parcourant un article dans le Parisien ou Christine Lagarde, Ministre de l'Economie nous incitait à modifier nos comportements en matière de consommations de carburants, notamment en prenant nos voitures  uniquement quand cela est utile. (et c'est quand que c'est utile!!!!)

J'ai retrouvé l'article et je tenais à le mettre en ligne, parce que pour la modification de nos habitudes en matière de voitures, il va peut être falloir que le gouvernement se décide rapidement à négocier afin de règler le problème des mouvements de grèves qui pertubent la bonne marche des transports publics et obligent les gens à se déplacer justement en voitures pour rejoindre leurs lieux de travail. Mais malgré celà, je n'en veux pas aux grévistes qui défendent leur pouvoir d'achet, et on sait comment il se réduit à peau de chagrin en ce moment.

Et la question que je me pose lorsque je lis des interviews comme celui-ci, c'est justement,  que fait Mme Lagarde pour réduire sa consommation d'essence, est ce qu'elle est prête à circuler en vélo comme moi, ou en transports en commun, comme justement le commun des mortels, histoire de voir un peu les conditions de travail des grévistes, et les conditions de transports des populations aux heures de pointe qui commencent à en avoir assez de recevoir des conseils qui ne sont surtout pas suivit par ces mêmes ministres.
 

File2286.jpg


Photos prises par mon jules en survolant le Sahara.

Pas une voiture à l'horizon, le rêve de notre Ministre je pense




2007-0826-143101AA.JPG


2007-0826-143118AA.JPG


2007-0826-143228AA.JPG

2007-0826-143302AA.JPG


L'imagination est la meilleure compagnie de transport au monde
Partager cet article
Repost0
31 octobre 2007 3 31 /10 /octobre /2007 15:59

HAPPY HALLOWEEN



2006-0712-014017AA.JPG




2006-0712-013758AA.JPG

Maison au Québec en 2006



File2281.jpg



File2282.jpg

Paris il y a 10 ans




patauhallo.gifCliquer sur le chat
le chat noir de Mascotte - pour dire non aux superstitions -
porte bonheur du blog d'oursonne libre

Partager cet article
Repost0
25 octobre 2007 4 25 /10 /octobre /2007 14:30

Lire harry Potter fait aussi partie d'une compétition au sein des jeunes et moins jeunes.
C'est a qui aura fini la première pour raconter lachement aux autres la fin alors que ces derniers n'ont pas terminé le livre.

Alors cette année, l'ado en ayant assez de se faire doubler par une copine me l'a fait acheté le jour de sa sortie en anglais.

Pas de problème, elle maitrise, par contre, moi, il me faut la version française.

En partant à Bombay elle avait emméné son Harry potter avec elle qu'elle lisait vite fait pour connaître la fin (moi je commence par la fin parce que je suis une impatiente) et en repartant pour Paris, oulala, elle l'a oublié dans le tiroir de la chambre chez nos amis.

Et bien comme d'habitude vu que le bouquin a du repartir sur New York pour être récupéré par son père en septembre, elle n'a pas eu le temps de le lire complètement avant sa copine, qui elle l'a terminé mais qui par contre s'est bien gardé de lui dire la fin sous peine d'être étranglée (je rigole) par l'ado.
Telle est pris qui croyait prendre.

Maintenant sauront elles tenir leur langue toutes les deux pour les copines qui n'ont pas eu la chance de le lire en version anglaise, alors là, la suite demain matin à la sortie du lycée.




sortie d'Harry Potter et les reliques de la mort en anglais en juillet 2007.

J'adore le glossaire des sorciers

Lunard (la confrérie du Maraudeur)

 Les Maraudeurs étaient l'un des groupes d'amis les plus « cool » de l'école Poudlard. Composé de Remus Lupin (alias Lunard), Peter Pettigrow (Queudver), Sirius Black (Patmol) et James Potter (Cornedrue), les Maraudeurs sont les auteurs de la carte qui porte leur nom, et qui recense tous les passages
secrets de l'école de sorcellerie. 

Coupe de feu
 
Objet magique, la Coupe de feu sélectionne les élèves qui concourront aux prestigieux Tournoi des Trois Sorciers. Tous les élèves peuvent soumettre leur nom à la Coupe, mais seuls trois en ressortent dans une gerbe de flammes bleues. Une fois cependant, la Coupe, sous l'effet d'un sortilège de Confusion, a sélectionné un quatrième champion. Son nom : Harry Potter.

et tous les autres.


Site officiel d'Harry Potter : cliquez sur l'image



POTTER, Harry James, né le 31 juillet, Fils de Lily et James Potter, tous deux sorciers

Élève en sixième année à Poudlard, Maison Gryffondor, attrapeur puis capitaine de l'équipe de Quidditch.

Harry Potter a les yeux verts de sa mère Lily. Il n'est pas très grand et plutôt maigre. Ses cheveux noir de jais sont rebelles. Le jeune homme l'est tout autant.

Son visage porte une cicatrice en forme d'éclair sur le front. Ce signe distinctif a été une fierté et un poids pour Harry vis-à-vis des autres. Elle lui rappelle à chaque instant que Lord Voldemort a assassiné ses parents et tenté de le tuer alors qu'il n'avait qu'un an.

Le mage noir a eu vent d'une prophétie qui liait son destin au jeune garçon. Harry a survécu grâce au sacrifice de sa mère. En s'interposant, Lily Potter a offert une puissante protection à son fils.

Harry a été élevé par son oncle et sa tante moldus, Vernon et Pétunia Dursley. Leur maison, au Number 4 Privet Drive, est protégée contre le Seigneur des Ténèbres. Mais Pétunia n'a jamais supporté les pouvoirs de sa soeur Lily. Elle n'a eu de cesse de rudoyer le garçon avec son mari et leur fils Dudley.

À onze ans, Harry Potter apprend qu'il est un sorcier. Il découvre l'Ecole de Poudlard, dirigée par le grand sorcier Albus Dumbledore, où il se sent enfin chez lui. Il s’y fait deux amis fidèles, Hermione Granger et Ron Weasley.

Harry est très doué pour le sport. Attraper le Vif d'or au Quidditch en équilibre sur son balai Eclair de feu est comme une seconde nature.

Lord Voldemort est autant un ennemi qu'un double maléfique de Harry. Comme lui, Tom Elvis Jédusor a été un orphelin mal-aimé qui a passé les meilleures années de sa vie à Poudlard. Mais Jédusor a dès l'enfance pris l'ascendant sur les autres en les maltraitant. Pas Harry. Le mage noir a pénétré l'esprit d'Harry (tome 5), il luis offert une place à ses côtés (tome 1), mais Harry n'a pas basculé. Tout comme il a refusé que Sirius Black et Remus Lupin tuent Peter Pettigrow (tome 3).

Après une expérience malheureuse avec Cho Chang, Harry vit son premier amour avec Ginny Weasley, la sœur de Ron.

La mort de Dumbledore laisse Harry seul face à Voldemort. Que Poudlard rouvre ou non, le garçon ne compte pas y retourner l'année prochaine. Il s’apprête à se rendre à Godric's Hollow sur la tombe de ses parents avant d'entamer la quête des Horcruxes.

Partager cet article
Repost0
17 octobre 2007 3 17 /10 /octobre /2007 08:51

 

signerdsfr.gif





Aujourd'hui, journée mondiale du refus de la misère


Pour beaucoup d'entre nous, la misère c'est chez les autres. Qui n'a pas lors de ses superbes voyages de rêve organisés par des tours opérateurs rencontrés des gens qui vivent dans la misère, mais c'est les vacances, on est pas là pour penser mais pour en profiter, et puis c'est chez les autres alors!!!!!!!!!


Bombay

2007-0802-132735AA.JPG

2007-0803-085438AA.JPG
 
2007-0805-132746AA.JPG

2007-0806-123757AA.JPG

Afrique 

2005-0428-125333aa.jpg


2005-0502-121216AA.JPG



Et Ile de france,
 
Parce que il ne suffit pas de regarder les infos à la télé avec les images de la misère dans le monde, comme le dit l'association ADT quart monde, la misère est en bas de chez nous malheureusement. Bénévole dans une association, je m'en rend compte tous les jours et souvent j'ai envie de hurler en entendant ces gens qui nous dirigent faire du populisme pour les élections et après à la démerde pour les pauvres et les associations.

2007-0821-115313AA.JPG


2007-1008-153514AA.JPG





2006-1215-154131AA.JPG

Ce campement a été évacué, comme plusieurs dans le coin, et depuis, nous avons les familles qui vivent sur une petite place vers chez nous.
La nuit ils dorment dans des voitures, la journée, femmes et enfants sont sur cette place et hier en amenant de la nourriture pour les enfants, une de mes voisines qui elle aussi n'est pas particulièrement favorisée à amené un sac entier de produits. Nous avons été aussi surprise l'une que l'autre de nous retrouver là.

Avant les conditions de vie étaient pénibles, mais ils pouvaient au moins se laver, laver leur linge, se chauffer, faire à manger, maintenant dans la rue plus de possibilité. Pas même de tentes ou quoi que ce soit pour s'abriter, comment cela va t'il se passer avec l'hiver et le mauvais temps qui arrive.  La misère est vraiment sous nos fenêtres, il faut réagir sans attendre les mesures gouvernementales d'ici 5 ans.
Comment ces enfants non scolarisés vont t'ils s'intégrer, et d'en sortir plus tard.
Pour l'instant l'insouciance, les jeux, mais après quel avenir!!!!!

:::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::

Refus de la misère : les politiques au chevet

France Info - 17 octobre 2007 - 07:27

Journée mondiale du refus de la misère oblige, Nicolas Sarkozy doit prononcer un discours devant le Conseil économique et social. Martin Hirsch, lui, annonce le début du Grenelle de l’insertion.

 

C’est un chiffre qui fait toujours aussi froid dans le dos. Et que l’on répète, bien malgré soi, une fois par an. Aujourd’hui en 2007, journée mondiale du refus de la misère, plus de sept millions de personnes vivent en France en-dessous du seuil de pauvreté ; c’est-à-dire avec moins de 817 euros par mois.

7,1 millions de personnes précisément. Le gouvernement s’est engagé à réduire ce chiffre d’un tiers d’ici cinq ans. Sauf qu’il n’a encore rien dévoilé de sa méthode. D’où l’importance que les associations accordent au discours que Nicolas Sarkozy doit prononcer aujourd’hui, devant le Conseil économique et social (CES).

:::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::

Partager cet article
Repost0
15 octobre 2007 1 15 /10 /octobre /2007 16:32

En discutant avec des amis, un d'entre nous rale en trouvant que la place des vélos était dèjà assez importante comme cela, et qu'il fallait arrêter avec les pistes cyclabes pour faire plaisir aux Bobos Parisiens, le tout en me regardant, (je suis la seule à me déplacer en vélo), ce à quoi je rétorque que d'abord, je ne suis pas une bobo parisienne, mais une prolo bagnoletaise (pas pareil) et qu'en plus, je ne demande pas de pistes cyclables, mais juste que les voitures fassent un peu plus attention à nous les vélos.
Sur ce il continue en expliquant qu'avant en Chine et en Inde, les gens roulaient en vélos et que maintenant ils roulent en voiture, et vu le nombre qu'ils sont bonjour la pollution, et qu'ici chez nous c'est le contraire, on repousse les voitures, et on veut nous faire circuler en vélo et bientot avec des carioles et des bouricauts, alors, je lui confirme, c'est fait pour les vélos, et pour les carioles, ils ont commencé à Amsterdam.
A quand les ânes à Paris pour remplacer les taxis.


Voici une des photos que mon jules a pris lors d'un premier séjour en Chine, il y a 18 ans, 

221.jpg


aujourd'hui 

untitled.jpg


AMSTERDAM


2005-0206-124300ab.jpg

2005-0206-133225AA.JPG


PARIS


2007-0914-154236AA.JPG



2007-0909-151943AA.JPG


Le vélo de la prolo écolo bobo qui attend que l'ado écolo bobo et prolo (telle mère telle fille)) rattache ses rollers pour rentrer à Bagnolet depuis l'ile Saint louis après une pause chez Berthillon et une randonnée jusqu'à la Tour Eiffel.

A oui je pense que vous allez vous demander pourquoi le vélo et non pas le roller, et bien parce que je ne suis plus assez souple pour le roller, et puis ce que l'on ne voit pas, c'est l'autre prolo, écolo, bobo qui remet elle aussi ses rollers et qui accompagne sa soeur, lorsque je dois rouler sur la rue.

Faire du vélo ce n'est pas être bobo, mais essayer de faire en sorte de moins polluer notre ville, lorsque l'on en a la possibilité.

J'espère que nous aurons bientot les Vélib porte de Montreuil et dans notre ville  afin d'inciter les habitants de notre commune à prendre plus souvent le vélo au lieu de la voiture.

Partager cet article
Repost0
6 octobre 2007 6 06 /10 /octobre /2007 23:04

LE XV DE FRANCE A GAGNE  CONTRE LES ALLS BLACKS
20 - 18

BRAVO





COCORICO

Partager cet article
Repost0
25 septembre 2007 2 25 /09 /septembre /2007 18:04


"Le verbe résister doit toujours se conjuguer au présent" 
Lucie Aubrac

Photographiés par mon beau- père en 2004 lors d'un voyage en Birmanie, 

Je me demande si ces enfants sont aujourd'hui dans la rue a manifester contre le régime en place en Birmanie. Certains bonzes portent une banderole jaune sur laquelle on peut lire : "La bonté l’emportera à chaque fois".

 

Birma-2005-628.JPG

Birma-2005-448.jpg

Birma-2005-553.JPG
 année 2004

La population birmane soutient la révolte des bonzes, hier à Rangoun. © REUTERS / Stringer

Birmanie : les moines manifesteront tous les jours.

France Info - 25 septembre 2007

Malgré les menaces de répression de la junte militaire, 100.000 personnes ont encore manifesté dans les rues de Rangoun. Les moines promettent de recommencer tous les jours.

 

Les jours se suivent et se ressemblent en Birmanie. 100.000 manifestants hier dans les rues de Rangoun ; au moins autant aujourd’hui, malgré les menaces de la junte au pouvoir. A la fin de la manifestation, ils ont d’ailleurs promis de poursuivre leur mouvement et de manifester quotidiennement. Ce qui ne se fera sans doute pas sans mal. En fin de journée, des camions militaires se sont déployés dans le centre-ville de Rangoun.

Simple manoeuvre ou réelle volonté d’en finir ? Après avoir laissé faire pendant plusieurs semaines, les militaires tentent, semble-t-il, de reprendre la situation en main. Dès hier soir, le ministre des Affaires religieuses a déclaré que des mesures seraient prises contre la hiérarchie religieuse si elle ne ramenait pas les moines dans le droit chemin. Et ce matin, le ton s’est fait franchement plus menaçant. Des camions militaires ont patrouillé dans les rues de Rangoun, les mégaphones diffusant ce message : "Nous avertissons les moines et la population de ne pas participer aux marches de protestations. Nous prendrons des mesures, conformément aux lois en vigueur."

Des mesures ? On sait à quoi s’attendre : chacun a encore en mémoire la répression sanglante des manifestations, en 1988. Les militaires n’avaient pas hésité à tirer sur la foule, faisant 3.000 morts.

Et les exhortations internationales à l’époque n’y avaient rien changé. La communauté internationale semble à nouveau se mobiliser aujourd’hui. Dans un discours à la tribune des Nations unies, le président Bush a annoncé de nouvelles sanctions américaines contre la junte militaire. Des mesures concrètes pour aider le mouvement de protestation en cours.

De son côté, Nicolas Sarkozy, à peine revenu des Nations Unies, devrait recevoir demain le Premier ministre du gouvernement birman en exil. Il s’agit du gouvernement issu des élections de 1990 renversé par les militaires. Sein Win en appelle à la France pour demander une réunion extraordinaire du conseil de sécurité de l’ONU.

 La situation devient véritablement explosive, dans un pays si calme... C’est le sentiment de Guy Delisle. Dessinateur de bande dessinée, il a passé un an en Birmanie. Ses Chroniques birmanes sortent en librairie le 24 octobre prochain.

 
Partager cet article
Repost0
16 septembre 2007 7 16 /09 /septembre /2007 21:10
Aujourd'hui, journée du Patrimoine alors nous avons été mon jules et moi au Château de Vincennes qui se trouve à 10 minutes en vélo.
C'était la fête, il y avait des animations partout


2007-0916-180238AA.JPG

Les plus impressionnants ont été les danseurs voltigeurs de la compagnie  Retournamont sur le Donjon de Vincennes

2007-0916-154848AA.JPG




2007-0916-154853AA.JPG




2007-0916-155044AA.JPG



2007-0916-155253AA.JPG


Une montgolfière sur la pelouse permettait à des visiteurs de monter de quelques mêtres


2007-0916-171458AA.JPG


Les plasticiens Volants faisaient une féérie avec leurs marionnettes géantes


2007-0916-152441AA.JPG




Les échassiers de Friche Théatre Urbain présentaient leur univers teintés d'émotions et de douce folie

2007-0916-175559AA.JPG


2007-0916-181021AA.JPG
Partager cet article
Repost0
7 septembre 2007 5 07 /09 /septembre /2007 19:07

Je sors de chez moi vers 16 heures 
et je vois que mon voisin d'en face 
sur Montreuil affiche ses préférences


2007-0907-163931AA.JPG

 

Ce soir télé bloquée sur TF1 je regarde le rugby.
Quoi de plus formidable que d'admirer le XV de France habillé après les avoir vu déshabillés sur le calendrier
Un streap tease à l'envers quoi

 

Juan Martin Hernandez bien encadré par Yannick Jauzion et Damien Traille. (L'Equipe)

Par Sophie DORGAN

AU CENTRE DU MONDE

Le grand jour est enfin arrivé. Le XV de France attend, vendredi à 21 heures au Stade de France, l'Argentine pour un premier match qui va donner le ton de cette Coupe du monde. Les Bleus sont prêts à livrer un gros combat face au puissant pack des Pumas. Raphaël Ibanez n'imagine «même pas la défaite» et toute la France suit son capitaine. Les matches de préparation, ponctués par trois victoires, invitent à l'optimisme.

 
Des Bleus prêts au combat

C'est le grand soir. Le jour du grand saut où le passé rejoint le présent. Si impossible n'est pas français, impossible d'oublier la dernière Coupe du monde en France avec ce fameux 12 juillet 1998. Un mois plus tôt, L'Equipe titrait «La grande aventure». A l'époque, les Bleus de Zidane attendaient à Marseille l'Afrique du Sud, une nation de rugby... Aujourd'hui, les Bleus de Jauzion attendent au Stade de France l'Argentine, une nation de football. Mais la grinta n'est pas liée à la rondeur d'un ballon. Et les Pumas se présentent comme un adversaire à la hauteur des attentes. Avec la quasi totalité de son effectif qui joue dans les plus grands clubs européens, un pack surpuissant et un joueur de génie Juan Martin Hernandez, l'Argentine possède les armes. Les armes pour casser l'ambiance. Les armes pour déstabiliser le XV de France, tombé à quatre reprises lors de leurs cinq dernières confrontations avec les hommes de Marcelo Loffreda.

Et ce grand soir, les joueurs de Bernard Laporte l'ont déjà joué des centaines de fois dans leur tête. Après chaque match, ils ne parlent que de ça. Depuis deux mois à Marcoussis, ils ne vivent que pour ça. «On a fait trois bons matches de préparation, mais c'est du passé maintenant. Ce qui compte, c'est ce qui va débuter vendredi. Le fait de s'être bien préparé donne de la confiance, mais on repart de zéro, prévient l'entraîneur du XV de France. Il faut y aller avec toute l'humilité et tout l'engagement que nécessite un match de rugby, tout simplement.» Ils savent qu'ils n'ont pas le droit à l'erreur. «C'est le lancement de la Coupe du monde et c'est un match décisif de notre poule. A travers ces deux argements, tout est dit», résume Bernard Laporte. Une défaite et les Blacks se profileraient en quart de finale. Au mieux car la poule D est également pourvue de l'Irlande. Mais ce scénario catastrophe est inenvisageable. Raphaël Ibanez n'imagine «même pas la défaite» et toute la France suit son capitaine. Les matches de préparation, ponctués par trois victoires et une belle densité physique en défense, invitent à l'optimisme.

Mais un optimisme pondéré par l'adversaire. Pour contrer la fameuse mêlée argentine, la bajadita, et la puissance du pack adverse, le staff du XV de France a choisi de ne pas lésiner sur ses lignes avants et présente donc cinq avants remplaçants pour seulement deux arrières. Les Pumas aiment le combat et les Tricolores sont prêts à y répondre. Pour museler Juan Martin Hernandez, aligné à l'ouverture avec Agustin Pichot pour la deuxième fois de sa carrière en équipe nationale, les Bleus proposent des plaqueurs de fer comme Rémy Martin, une vieille connaissance de l'Argentin, ou Serge Betsen, et un vis-à-vis bien connu d'El Mago, David Skrela qui forme avec Pierre Mignoni une charnière solide. Pour assurer une place de choix aux avants, le comité de sélection a opté pour Cédric Heymans, préféré à Clément Poitrenaud, à l'arrière. Lui, l'ailier polyvalent, va jouer le match de sa vie à un poste qu'il a occupé pour la première fois avec les Bleus face au pays de Galles. Mais le Toulousain ne se démonte pas : «Je ne veux pas subir l'événement. Je me répète : "Domine-le ! C'est une chance." Je ne veux même pas savoir si la cérémonie d'ouverture sera belle.» Pour l'ovation à la fin, il veut bien ouvrir les yeux et les oreilles.

 
LES EQUIPES

FRANCE : Heymans - Rougerie, Traille, Jauzion, Dominici - (m) Skrela, (o) Mignoni - Martin, Harinordoquy, Betsen - Thion, Pelous - De Villiers, Ibanez, Milloud.
ARGENTINE : Corleto - Borges, M. Contepomi, F. Contepomi, Aguilla - (m) Hernandez, (o) Pichot - Ostiglia, Lzguizamon, J. Fernandez Lobbe - Albacete, I. Fernandez Lobbe - Scelzo, Ledesma, Roncero.

 
 
Partager cet article
Repost0