Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
12 mars 2007 1 12 /03 /mars /2007 10:18

Hebergement gratuit d image et photo

PETITION A SIGNER SUR

http://www.chasse-aux-phoques.com/petition.html

 

NON AU MASSACRE DES BEBES PHOQUES A PARTIR DU 20 MARS 2007

POUR QUE CELA CESSE. SIGNEZ LA PETITION

 

Massacre des bébés phoques

Du sang sur la banquise !

(attention certaines images peuvent choquer)

La chasse aux phoques au Canada est le plus important et le plus cruel massacre de mammifères marins sur la planète. Sur la période 2003-2005, les chasseurs ont reçu l’autorisation du gouvernement canadien d’abattre 975000 phoques. Ces derniers sont principalement tués pour leur peau, qui sera utilisée par l’industrie de la mode. Les débouchés commerciaux comprennent l’huile (pour la consommation humaine), les organes génitaux (pour la conception de produits aphrodisiaques à destination du marché asiatique), ainsi que la chair.

Des méthodes particulièrement barbares

Deux phoques agonisent sur la banquise canadienne (JPG) La chasse vise les très jeunes phoques. Le gouvernement canadien lui-même a révélé que 96,6% des phoques tués pendant la saison de chasse 2002-2003 avaient entre 12 jours et 12 semaines. Les phoques sont habituellement tués à coups de gourdin. Depuis quelques années, ils sont également abattus au fusil et en eaux libres. Quelle que soit la méthode utilisée pour chasser les phoques, rien n’assure qu’ils soient tués sur le coup. Beaucoup d’entre eux se font retirer leur peau alors qu’ils sont encore vivants. En 2001, une équipe de vétérinaires indépendants a observé la chasse et a examiné les cadavres dépecés. La conclusion de leur rapport est accablante : jusqu’à 40% des phoques se font dépouiller de leur peau alors qu’ils sont toujours conscients et en mesure de ressentir la douleur. L’IFAW a présenté au Ministère canadien des Pêches et des Océans des vidéos prouvant de nombreuses infractions au règlement canadien sur les mammifères marins. L’on peut y voir des bébés phoques saignés ou écorchés vifs et traînés sur la glace à l’aide de crochets affûtés...

Les boucs émissaires

Alors que le gouvernement canadien prétendait que la chasse aux phoques se justifiait par la raréfaction des poissons dans l’Atlantique et notamment des morues, dont les phoques se nourrissent, voici que cet argument est classé sur le site officiel du gouvernement canadien comme un "Mythe" ! La "Réalité" est enfin donnée : "Plusieurs facteurs ont contribué à entraver le rétablissement des stocks de morue, dont la pêche, la mauvaise condition physique des poissons, leur faible taux de croissance et des changements environnementaux." La raison de l’effondrement de la population de poissons ne fait plus de doute : des années de pêche intensive. Aucune justification ou fondement scientifique ne permet d’établir un lien entre le nombre de phoques et la raréfaction des poissons. De nombreux scientifiques pensent même que la diminution de la population de phoques pourrait aller à l’inverse du but recherché, car les phoques consomment des calmars, qui font partie des prédateurs des morues. Tout le monde est désormais d’accord sur un point : les massacres de phoques ne font pas revenir la population de morues. Le gouvernement canadien utilise aujourd’hui un nouvel argument basé sur la pauvreté de la région et le fort taux de chômage : la création d’emplois. Un argument qui a pour but de monter le reste de la population contre les défenseurs des animaux. Mais les Canadiens ne sont pas dupes. La chasse aux phoques ne fera pas sortir cette région de la pauvreté économique.

L’excuse économique

De nombreuses analyses démontrent que la chasse aux phoques n’est pas viable économiquement. Les aides financières qui lui sont accordées par le Canada n’apportent pas de solutions au fort taux de chômage des régions concernées. Très peu d’emplois sont créés par la chasse aux phoques. Cette activité saisonnière ne représente que 5% des salaires des pêcheurs, et une très faible partie de l’économie de la côte Est du Canada. Devant l’obstination du gouvernement canadien, plusieurs organisations internationales ont alors lancé un boycott sur les produits de la mer canadiens, afin que le Canada abandonne la chasse aux phoques.

La survie du phoque du Groenland est aujourd’hui menacée

Cette année, la glace est exceptionnellement fine et moins étendue que les années passées, à cause de températures au dessus de la normale. Cette banquise est pourtant indispensable à la mise-bas des jeunes phoques : beaucoup de nouveaux-nés ne survivront pas. Selon l’IFAW, les scientifiques missionnés par le gouvernement canadien supposent que les trois quarts des bébés phoques sont morts à la suite du mauvais état de la glace, en 2002. Comme l’argument du maintient de la population de phoques n’est plus valable, le gouvernement canadien aura bien du mal à justifier de nouveaux quotas, sachant qu’un grand nombre de bébés phoques mourront cette année à cause du mauvais état de la glace. Selon des scientifiques, la survie du phoque du Groenland est aujourd’hui compromise au Canada.

Une opposition grandissante...

Manifestation à Paris (JPG) Les sondages révèlent qu’une majorité de Canadiens, d’Américains et d’Européens sont opposés à cette chasse aussi cruelle qu’injustifiable. En effet, les citoyens, aux quatre coins du globe, n’accordent pas de crédibilité au gouvernement canadien, quand il justifie ce massacre pour des raisons économiques ou écologiques. C’est pourquoi une très large partie de l’opinion publique souhaite que le gouvernement canadien cesse de promouvoir la chasse, mais aussi de soutenir l’industrie de la fourrure, de la viande et de l’huile de phoque. Le Parti Vert du Canada a demandé au gouvernement canadien de cesser de distribuer des subventions pour cette tuerie, et de consacrer ce budget à créer de vrais emplois dans les régions touchées par le chômage. De nombreuses personnalités à travers le monde, dont le couple McCartney, qui s’est déplacé au Canada au mois de mars 2006, ont permis d’attirer l’attention du grand public sur la cruauté de cette chasse. Au final, le Canada risque de pâtir de la barbarie de la chasse aux phoques, qui ne peut être que néfaste à son image internationale et donc nuire à son tourisme et aux exportations de ses produits.

article paru en 2005 sur le site du centre des médias alternatifs du Québec

Depuis rien n'a changé le massacre des phoques se poursuit de plus belle…

La deuxième étape de la chasse au phoque commerciale du Canada commence aujourd'hui, le jeudi 14 avril 2005, à Terre-Neuve, où plus de deux cent mille phoques connaîtront la peur, d’indicibles angoisses, souffrances et l’agonie.


Le massacre des phoques se poursuit de plus belle…

L’opposition à la chasse aux phoques est devenue quasiment le symbole le plus répandu à travers le monde de la défense animale, à cause notamment de la publicité que l’ex-actrice Brigitte Bardot a insufflé à cette opposition en s’y associant en 1977 et en se rendant elle-même sur la banquise à cette époque. C’est Marguerite Yourcenar qui avait informé Brigitte Bardot du gigantesque massacre des phoques, des blanchons en particulier, à la fin de chaque hiver sur la banquise, au nord-est du Canada.

Pour plusieurs qui ne veulent pas remettre en question l’attitude dominatrice, destructrice des animaux humains à l’égard des animaux non-humains, il y a empressement à réduire tout le mouvement de défense animale, qui comporte bien des nuances, voire des différences majeures en son sein, à cette croisade de Brigitte Bardot, voire à Brigitte Bardot tout court. Il suffit alors d’attaquer Brigitte Bardot sur ses points faibles, de la ridiculiser, pour s’imaginer clore le débat. Les machos s’en donnent à cœur joie de manière particulièrement puérile. On peut certes critiquer Brigitte Bardot. Elle est sans doute dans l’erreur dans l’évaluation de certaines situations, mais ce n’est pas parce qu’un individu se trompe à certains égards, qu’il se trompe en tout. N’en déplaise aux « vrais » hommes, Brigitte Bardot, une femme certes, célèbre certes, mais un être humain avant tout, se porte depuis 30 ans à la défense des animaux et la légitimité de cette cause est de plus en plus reconnue même si, il ne faut pas se le cacher, il y a grand péril en la demeure avec l’écocide en cours.

Le mouvement de défense animale se divise essentiellement en deux approches. L’approche dite du bien-être animal et celle de la libération animale. Dans le premier cas, on trouve légitime d’exploiter les animaux non-humains mais on veut que cela se fasse avec « humanité ». Dans le second cas, on trouve illégitime, immoral, d’exploiter les animaux et on veut que cessent toutes les formes d’exploitation : élevage, chasse, piégeage, pêche, vivisection, etc.

Cette dernière approche s’inscrit dans un mouvement de libération plus large qui remet en cause d’autres rapports de domination que l’humanité a généré en son propre sein au cours de son histoire. Toutes les formes d’oppression entre les humains et des humains à l’endroit des non-humains sont donc dénoncées et combattues : le sexisme, le racisme, l’homosexisme, les discriminations selon l’âge, les classes sociales,… et le spécisme.

Actuellement, l’approche dite du bien-être animal, l’approche écologiste, de conservation des espèces, et l’approche économique sont les perspectives à partir desquelles est contestée la chasse aux phoques au Canada. Abordons donc en premier lieu cette tradition violente et meurtrière à partir de cet angle de vue.

La cruauté est au rendez-vous chaque année

Cette année, le gouvernement canadien autorise le meurtre de 319 500 phoques. Sur ce nombre, 90% des individus tués auront entre 12 jours et 12 semaines d’âge. Ce ne sont pas des phoques adultes, mais le gouvernement a décrété qu’ils l’étaient du seul fait que leur fourrure blanche s’est muée en une autre fourrure... Si le gouvernement le dit, il faut le croire, n’est-ce pas? Un phoque ne peut se reproduire qu’à partir de l’âge d’environ 5 ans... Bref, on ne tue plus les blanchons, mais on tue encore des individus extrêmement vulnérables, des bébés, beaucoup ne sachant en effet même pas encore nager, n’ayant même pas encore pris le moindre repas solide. Ce n’est pas de la chasse à proprement parler. Les « chasseurs » arrivent sur la banquise à peu près comme s’ils pénétraient dans une pouponnière… et ils s’arrogent le droit de tuer ces tout jeunes êtres en leur fracassant le crâne avec diverses sortes d’armes (plusieurs sont illégales), dont le fameux hakapik (gaffe ressemblant à un pic à glace). Comme tous ces tueurs ne sont pas maîtres dans l’art de tuer du premier coup, il leur arrive de frapper les phoques à répétition, parfois au visage, et dans la frénésie de tuer pour atteindre les quotas permis, une équipe de vétérinaires indépendants a évalué que plus de 40% sont dépecés alors qu’ils sont toujours vivants. Leurs corps auxquels la peau aura été arrachée sans souci des souffrances atroces subies, agoniseront dans une douleur insoutenable juste à l’imaginer...

La chasse aux phoques au Canada n’est rien de moins que le plus grand abattage de mammifères marins sur la planète. Après le kangourou en Australie, c’est le second plus grand abattage d’espèces sauvages. C’est le seul abattage de masse qui implique des animaux sauvages nouveaux-nés, le seul abattage de masse où des bébés sont tués sous le regard de leurs mères.

Pourtant les promoteurs de cette sanglante barbarie disent que tout se déroule « humainement », sans cruauté, et que les cas de violation des règlements, pourtant bien documentés par les opposants à cette chasse, sont l’exception… On concède que c’est une pratique brutale, mais pas cruelle… Le fait de tuer aussi violemment de si jeunes êtres heurte évidemment les sensibilités, et pour cause, mais le problème n’est pas fondamentalement lié au fait que ce soit des bébés qui sont tués. Le problème est le suivant : on violente, on tue, mais pourquoi?

Pour des raisons irrecevables ou carrément mensongères

Les bébés phoques sont tués principalement pour leur fourrure, un produit de luxe, donc inutile, et pour leur huile, un produit riche en métaux lourds et en BPC, qui est utilisée entre autres comme suppléments d’oméga 3. Cet acide gras se trouve en quantité suffisante dans les graines de lin, l’huile de canola, de noix, de chanvre, les noix de Grenoble et les graines de citrouille, pas besoin de tuer des phoques, ni les poissons… Leur pénis, auquel est attribué des effets aphrodisiaques, fait aussi l’objet d’un commerce avec les pays d’Asie… Comme on peut aisément le constater, on massacre des êtres vivants pour des produits d’une extrême inutilité, même nocifs pour la santé… Outre que cette tuerie ne soit pas du tout liée à une quelconque nécessité de subsistance, c’est…

Une tuerie écologiquement non soutenable

Ce ne sont pas des objectifs de conservation qui motivent les décisions du gouvernement canadien, et c’est l’argent des contribuables canadiens qui sert à rendent exécutoires des décisions auxquelles par ailleurs une majorité de ces contribuables s’opposent.

Greenpeace a rendu public il n’y a pas longtemps, un rapport qui démontre clairement que les données "scientifiques" utilisées par le gouvernement canadien pour justifier la chasse commerciale aux phoques sont inexactes, incomplètes et désuètes. Le rapport conclut que la seule solution écologiquement et scientifiquement justifiable est de suspendre immédiatement toute chasse commerciale.

Il a en outre été estimé par des scientifiques travaillant pour le gouvernement – on ne peut donc accuser ces individus de parti pris anti-chasse – que même si les quotas annuels permis étaient réduits à 275 000 phoques à partir de 2006, en 2011, la population des phoques du Groenland serait néanmoins réduite de 30%. Qu’en sera-t-il si le gouvernement canadien maintient les quotas à plus de 300 000 meurtres annuellement? Les phoques du Groenland risque à brève échéance de devenir une espèce menacée d’extinction.

Le réchauffement global, la diminution des ressources en nourriture, l’empoisonnement par les métaux lourds, constituent d’autres réelles menaces à la survie des phoques. Mais il semble que cela ne soit pas pris en considération dans les « calculs » du gouvernement.

Abattre un si grand nombre de phoques constitue également une menace pour le rétablissement des populations de morues puisque les phoques se nourrissent entre autres poissons, des prédateurs de la morue, la morue ne représentant que 3% de son alimentation. Pourtant le gouvernement canadien a effrontément menti à ce sujet dès 1992, il a fait du phoque le bouc-émissaire, le grand coupable de la raréfaction des morues, au lieu de reconnaître que l’avidité humaine, la surpêche, l’incompétence et la mauvaise gestion de Pêches et Océans Canada en étaient les véritables responsables. Ce mensonge a permis de hausser de manière importante le nombre « autorisé » de meurtres de phoques. Aujourd’hui, le gouvernement n’ose plus brandir un tel mensonge, mais on laisse toujours planer que ce sont les phoques qui empêchent le rétablissement des stocks (expression qui en dit long sur notre rapport aux autres êtres vivants, réduits à des marchandises). Des prétextes pour tuer, il en existe toujours, n’est-ce pas? Un ours attaque un humain, que déjà les groupes de chasseurs font pression sur le gouvernement pour leur permettre d’augmenter leurs « prises », leurs « récoltes ». N’est-ce pas une tentative de masquer la violence, de duper les esprits que d’utiliser de tels euphémismes en parlant du meurtre des animaux? Il ne faut pas se laisser berner par le langage des « connaisseurs ».

Une tuerie économiquement non viable

En investissant environ 20 millions de dollars à la fin des années 90, le gouvernement fédéral a réussi à augmenter le nombre de phoques tués à des niveaux jamais vus dans les 30 dernières années. Il continue toujours de subventionner cette chasse : modernisation et construction d’usines de transformation, promotion de cette chasse en Europe et ailleurs, développement de nouveaux marchés pour les produits du phoque, allocation de recherche pour développer de nouveaux produits. Il y a également d’autres coûts impliqués que le gouvernement ne dévoilent pas, comme les dépenses pour ses campagnes de relations publiques qui défendent cette activité meurtrière, la fourniture de brise-glace qui ouvrent les eaux glacées aux bateaux des chasseurs, la fourniture d’hélicoptères qui servent à repérer les troupeaux de phoques pour eux, et l’octroi de personnel pour réguler la chasse et tenir éloignés les opposants et ceux qui tentent de documenter ce massacre. Malgré ces subventions continuelles, ce gouvernement persiste à dire que cette chasse est économiquement viable. Le fait est que cette tuerie qui se présente comme une activité commerciale génère seulement la moitié d’un pourcent du produit domestique brut de Terre-Neuve et du Labrador.

D’autres raisons fallacieuses, notamment d’ordre culturel, sont évoquées pour justifier que ce carnage continue. Je ne désire pas toutes les aborder dans le cadre de mon propos, mais ceux qui le souhaitent pourront s’instruire de tout cela sur les sites auxquels je réfère à la fin de mon texte.

La libération animale

Avec l’approche de la libération animale, il est clair que cette chasse commerciale devrait à tout jamais disparaître. À part la chasse de subsistance, aucune autre forme de chasse ne devrait être tolérée. Ceux qui invoquent la chasse pour réguler les populations animales sont des menteurs, des meurtriers qui essaient de se donner un beau rôle. Si nous ne faisions pas de discrimination envers les autres animaux, si nous n’étions pas spécistes, nous verrions clairement combien il est immoral de tuer des individus pour rétablir des équilibres écologiques dont nous sommes en réalité les grands perturbateurs. Avant que nous déréglions tout sur notre planète, les équilibres se maintenaient par eux-mêmes, se transformaient également... Les humains sont souvent ignorants et arrogants, à cause de cela, ils s’illusionnent et se croient capables de contrôler des systèmes d’interrelations d’une complexité qui les dépassent. Le plus sage serait, avant qu’il ne soit trop tard, de réduire notre empreinte écologique, mettre un frein à notre démographie galopante (sans tuer qui que ce soit bien sûr), et laisser le plus possible la nature à elle-même, à ces dynamiques et alchimies dont elle seule a le secret. Espérer autant d’humilité des hommes, surtout des hommes qui se croient savants, c’est beaucoup espérer. C’est encore un tel espoir qui me pousse à dire à mes semblables que nous devons sortir des dynamiques d’oppression, nous ouvrir largement à la compassion pour y accueillir tout individu vivant avec respect.

Pétitions, lettres, manifestations internationales, menaces de boycott

Tout l’arsenal pacifiste habituel déployé pour tenter d’exprimer un désaccord n’est nullement pris en considération de la part du gouvernement canadien qui ne cesse de faire la sourde oreille. À chaque année, un nombre sans doute assez important de citoyens canadiens et étrangers revient à la charge, demande que cette barbarie cesse. Le Fonds international pour la protection des animaux (IFAW) qui s’oppose depuis 1969 à cette chasse, a recueilli cette année une pétition d’une centaine de milliers de noms qu’il a présentée au gouvernement… mais il semble que cela ne l’impressionne pas. Le dernier « plan d’abattage» gouvernemental, celui de 2003-2005, autorise le meurtre de 975 000 phoques. C’en est trop, la révolte gronde, il faut donc monter aux barricades. Plusieurs organisations se sont donc concertées cette année pour augmenter la pression sur le pouvoir étatique et pour alerter les citoyens un peu partout dans le monde. Le seul moyen efficace de faire pression semble être le boycott. The Humane Society of the United Stated (HSUS) a donc lancé aux États-Unis un appel au boycott des produits de la mer canadiens le jour où le premier phoque a été assassiné cette année. Ce boycott pourrait se répandre bien au-delà de nos voisins états-uniens. Mamon étant le dieu auquel on rend le plus grand culte dans le monde entier, il se peut, si le boycott donne de bons résultats, que le hakapic meurtrier s’éloigne enfin d’au-dessus de la tête des phoques.

Intimidation, menaces et agressions

La première partie de cette « chasse » se déroule dans le golfe St-Laurent, au voisinage des Iles-de-la-Madeleine. Elle est maintenant terminée. Le décompte : 105 000 phoques abattus. Cette année, presque tous les opposants à ce massacre présents sur la banquise pour documenter et être en mesure de répandre la vérité, de montrer cet enfer rouge glacé, ont été sérieusement menacés par des chasseurs (Sea Shepherd Conservation Society, HSUS, IFAW). Quelques-uns ont littéralement été agressés, notamment des membres de l’équipage du Farley Mowat de la Sea Shepherd Conservation Society. Quelques chasseurs frustrés, violents, ont brandi le hakapik en direction des opposants -cette arme mortelle a même utilisée au risque de grièvement blesser un vidéaste « inopportun » - ces brutes les ont bousculé, frappé, d’autres dégénérés ont pointé leurs armes à feu en direction des défenseurs des phoques, et certains sont allés jusqu’à tirer des coups de feu au-dessus de la tête de ceux qui défendent la vie au risque de la leur. Les défenseurs des phoques, surtout ceux du Farley Mowat, se sont retrouvés maintes fois dans des situations périlleuses. On retrouve des compte-rendus fort détaillés de ces agressions sur le site de la Sea Shepherd Conservation Society. Ce comportement agressif de la part des « chasseurs » confirme une fois de plus une vérité reconnue : la violence à l’encontre des animaux et celle à l’encontre des humains vont de pair… Une société qui légitime ou tolère la violence à l’égard des animaux ne saurait mettre fin à cette violence en son sein même.

Les agressions commises à l’endroit des défenseurs des phoques ne pourraient avoir lieu sans la complicité et la participation active du gouvernement du Canada. Pour pouvoir observer la chasse, il faut obtenir une autorisation qui requiert une enquête préalable, tous les prétextes sont bons pour refuser cette autorisation. La Garde côtière canadienne et la Gendarmerie royale du Canada appliquent une intimidation et une répression outrageuses contre les défenseurs des phoques tout en coopérant avec les chasseur pour les aider à accomplir le massacre. Les observateurs n’ont pas le droit de s’approcher des chasseurs, en revanche lorsque ces derniers s’en prennent aux défenseurs des phoques, ils ne sont guère inquiétés... Lorsque certains membres de l’équipage du Farley Mowat ont été attaqués, ils se sont empressés de signaler cette agression à la GRC, mais ce sont eux qui se sont fait arrêter...

Les médias de masse sont également complices dans cette affaire. La mort de Karol Wojtila tombant à point pour ignorer ce qui devrait faire l’objet d’un débat public.

Aujourd'hui…

La deuxième étape de la chasse au phoque commerciale du Canada commence aujourd'hui, le jeudi 14 avril 2005, à Terre-Neuve, où plus de deux cent mille phoques connaîtront la peur, d’indicibles angoisses, souffrances et l’agonie. Le Farley Mowat, avec son capitaine Paul Watson (co-fondateur de Greenpeace) qui en a vu de toutes les couleurs (menacé, battu, traîné dans les eaux glacées par des « chasseurs », emprisonné,…) depuis qu’il se bat du côté de la vie, des phoques en l’occurrence, sera présent sur les lieux du crime, un crime banalisé, légal… J’espère qu’aucun mal ne sera fait aux gens courageux qui sont à son bord, j’espère que la justice triomphera.

Sea Shepherd Conservation Society

Le Fonds international pour la protection des animaux

The Humane Society of the United Stated


Katherine

 

Partager cet article
Repost0
9 mars 2007 5 09 /03 /mars /2007 20:54

 

" Quand j'étais petit à la maison, le plus dur c'était la fin du mois. Surtout les trente derniers jours. " Coluche



COLLECTE NATIONALE DES RESTOS LES 9 ET 10 MARS 2007  

Vendredi 9 et samedi 10 mars 2007 aura lieu la collecte nationale de denrées alimentaires des Restos.
Dans toute la France, des milliers de bénévoles se mobilisent pour collecter des denrées dans les hyper et supermarchés.
Cette collecte annuelle permet aux Restos du Coeur d'améliorer l'aide qu'elle apporte aux plus démunis, notamment en distribuant de la nourriture durant l'été.
Article de france info
Les Restos préparent l'après-hiver
Aujourd'hui et demain, les "Restos du coeur" organisent partout en France une collecte nationale dans les hyper et les supers-marchés. Face à l'augmentation tous les ans du nombre d'inscrits (+3% encore cette année), l'association fondée par Coluche en 1985 a besoin d'un nouveau coup de pouce. Notamment pour "l'inter-campagne". L'an dernier, ce sont ainsi 1 500 tonnes de denrées qui ont été collectées par 16 000 bénévoles dans 2 000 magasins à travers la France.

Car contrairement aux idées reçues, les Restos ne ferment pas l'été, et au-delà de la campagne hivernale, "la majorité des centres de distribution (...) restent ouverts toute l'année pour garder le contact et assurer une continuité partielle de l'aide alimentaire aux plus démunis", rappelle l'association. Elle précise par ailleurs que "les nombreuses activités d'aide à la personne et à l'insertion", qu'elle met en place chaque année, "fonctionnent en permanence".

Lors de la campagne 2005-2006, les "Restos" ont servi 75 millions de repas à plus de 670.000 personnes, des chiffres en hausse de 6,3% par rapport à l'année précédente, selon l'association qui lors du lancement de sa campagne 2006-2007 en décembre dernier avait demandé aux candidats à la présidentielle de se "prononcer sur les évolutions législatives fondamentales", notamment en matière d'accès au logement.
 
Je suis bénévole aux Restos du Coeur dans le 93, et demain on compte sur vous.

 

Partager cet article
Repost0
7 mars 2007 3 07 /03 /mars /2007 23:35

 

8 MARS - JOURNEE DE LA FEMME

J'entend déja rire les hommes devant ce titre, en se disant que l'année de la femme, c'est toute l'année, et qu'il n'y a pas de raison qu'il n'y ait pas de journée de l'homme, mais qui est maltraitée, violée, enfermée, privée de ses droits les plus élémentaires, mariée de force, sous payée, exploitée, ce sont les femmes.

8 mars, manifestation Paris / Ile-de-France
 

Le 8 mars, Journée internationale de luttes des femmes pour leurs droits
Femmes, prenons la Bastille !
Rendez-vous métro Père-Lachaise a 18h

 
Tract appel : Le 8 mars 2007, Journée Internationale des Femmes, se situe dans la période des élections présidentielles, puis législatives. A cette occasion, les revendications concernant les droits des femmes doivent trouver toute leur place, celle de droits fondamentaux sans lesquels aucune société ne peut etre considérée comme juste et égalitaire. Comme chaque année a cette date, nous manifesterons pour rappeler et poursuivre nos luttes.
PARCE QUE LES FEMMES NE VEULENT PLUS SUBIR...
Dans la sphère privée comme publique, les femmes subissent des violences :
- Violences conjugales : en France, en moyenne, une femme meurt tous les trois jours des suites de violences au sein du couple.;
- Viols : 48 000 femmes sont violées chaque année en France, selon l enquête menée en 1999 par l Enveff ;
- Mariages forcés, mutilations sexuelles et diverses formes d esclavage ;
Dans le monde du travail, les inégalités professionnelles entre les femmes et hommes s aggravent. Les femmes représentent :
- 80 % des salariés pauvres (payées en dessous du Smic) ;
- 57 % des chomeurs non indemnisés inscrits a l Anpe ;
- 83 % des emplois a temps partiel ;
- 60 % des emplois aidés ou en CDD...
...ELLES SE BATTENT POUR :
- Une réelle volonté politique dans la lutte contre les violences envers les femmes avec l adoption de la loi cadre proposée par le CNDF ;
- Un emploi stable a plein temps pour celles qui le souhaitent ; pour l égalité des salaires entre les femmes et les hommes ;
- Le droit a un logement décent avec un loyer accessible, l application de la loi de réquisition ;
- Un service public de la petite enfance, avec la gratuité des crèches et leur développement ;
- Le remboursement par la Sécurité Sociale de tous les moyens de contraception ;
- Le droit a l'avortement, l application de la loi de 2001 et la suppression du plan "hopital 2007" ;
- La liberté de choisir sa sexualité ;
- Un statut d autonomie pour les femmes migrantes et le droit d asile pour les femmes persécutées dans leurs pays en raison du seul fait d etre femme ;
- La défense de la laicité, contre l ingérence du religieux dans le politique, contre tous les intégrismes religieux ;
- La solidarité avec les femmes du monde entier ;
- Le règlement pacifique des conflits, la reconnaissance du role des femmes dans les processus de paix.
articles et photos de : www.journee-de-la-femme.com

 " Le temps des femmes " 

Ces derniers mois, de nombreuses femmes ont réussi à se hisser à des postes clefs et même conquérir la tête politique des Etats les plus modernes. "Le temps des femmes" exprime qu'il est temps de préparer les esprits à cette nouvelle réalité car le temps des femmes au pouvoir arrive.


Nous les femmes, allons avoir la responsabilité de trouver des solutions pour la planète là ou le constat d'échec est maintenant clairement établi: La vision masculine de la conduite du monde où tout humanisme a disparu au profit de la guerre économique qui installe la haine à tous les niveaux de la société et fini par engendrer la guerre entre les pays.

Le pire c'est que cette violence engendrée se retourne sur nous les femmes: Bastion de putains mise à disposition des militaires, call girl de luxe pour conclure des affaires ou prostituées au service de réseaux mafieux internationaux et de gang de voyous.

  Le temps des femmes doit aussi permettre à tout à chacun de réfléchir sur l'emploi du temps des femmes consacré à ses multiples responsabilités que ce soit au niveau de la famille (procréation, éducation, repas,...), du quartier en construisant le terrain relationnel indispensable à la vie et le partage de leurs temps entre vie de famille et vie professionnelle.

  Enfin, le temps des femmes c'est aussi du temps consacré à humaniser la société et dieu sait que c'est important.  L'histoire nous dira si ce temps des femmes, consacrera des femmes de pouvoir qui sauront rester à l'écoute de la base (les enfants, les femmes et les hommes) et défendront coûte que coûte l'intérêt général afin de démontrer définitivement qu'elles ont un atout sur ce point par rapport aux hommes politiques.  Rappel de quelques faits:

Les femmes sont au cœur de la stabilité de la structure de base de toutes nos sociétés, cette structure "qui prépare à la vie en société" est la famille. Ça, c'est le côté historique ! Depuis un an, plusieurs femmes d'envergure internationale ont gagné le pouvoir politique suprême dans le monde depuis le lancement de la thématique JDF 2005, ou nous mettions timidement le pied à l'étrier de celles qui étaient prêtes à le prendre le pouvoir, nous pouvons citer à titre d'illustration dans l'ordre des événements qui ont suivi:

Laurence Parisot, devient le première femme à prendre la tête du patronat Français "un milieu historiquement macho" C'est un véritable tournant et une nouvelle page qui s'ouvre dans le monde des entrepreneurs.

Angela Merkel, devient la première chancelière en république fédérale d'Allemagne.

Ellen Johnson Sirleaf, première femme élue présidente d'un état Africain.

Michèle Bachelet, première femme élue d'un état du continent Sud-Américain.

Nous souhaitons qu'aux USA une femme puisse prendre rapidement le pouvoir pour mettre fin à l'hégémonie du complexe militaro-Industriel américain dont le président Douglas Dwight Eisenhower avait pressenti dès la fin de la 2ème guerre mondiale qu'il serait un péril majeur pour la démocratie... Le monde est aujourd'hui l'impuissant témoin du ravage que cela a provoqué. On peut même se poser la question de la réalité démocratique du pouvoir aux Etats-Unis ou G.W Bush envoi un renfort militaire en Irak conséquent ce qui est le contraire du souhait du peuple américain et de ses représentants.

La France est prête à choisir entre un homme ou une femme pour diriger le Pays et c'est en soit une première.

Nous rêvons aussi à un état Palestinien dirigé par une femme de Paix, là évidemment nous sommes trop en avance sur notre temps, mais ne serait-ce pas la solution ?

Bref, des femmes "maman" qui dirigeraient avec plus d'humanisme et moins de notion d'argent et de profit du capital !

  •  
  • Partager cet article
    Repost0
    23 février 2007 5 23 /02 /février /2007 10:26

     NE PAS OUBLIER INGRID BETANCOURT

    JPG - 17.6 ko

     

    Le 23 février, le jour-même des 5 ans de prise d’otage d’Ingrid Betancourt, un rassemblement citoyen viendra clore la semaine d’actions en faveur de sa libération.

    Le Comité de soutien à Ingrid Betancourt ainsi que sa famille et les personnalités de soutien, seront présent-e-s sur la Place de la Fontaine Saint-Michel (Paris), de 11H00 à 18H00.

    Nous vous invitons à participer à ce rassemblement, que cela soit pour quelques minutes ou une heure, afin de montrer votre soutien. En musique, nous vous proposerons plusieurs actions.

    Plus précisément, de nombreuses silhouettes seront disposées sur la place pour marquer l’absence d’Ingrid Betancourt, de son assistante Clara Rojas et des 3000 otages de Colombie. Il vous sera possible d’accrocher des messages à destination des otages, sur ces silhouettes.

    Les informations à retenir :

    - Horaires : 11H00 - 18H00
    - Lieu : Place Saint-Michel
    - Métro : Saint-Michel (ligne 4)
    - Bus : Saint-Michel (lignes 21, 24, 27, 38, 85, 96)
    - RER : Saint-Michel Notre-Dame (lignes B et C)

     

     

    Partager cet article
    Repost0
    11 février 2007 7 11 /02 /février /2007 17:37

     

    Villepinte j'y étais, je ne regrette pas

     PLUS JUSTE, LA FRANCE SERA PLUS FORTE

     article de l'AFP - 11 février 2007

    VILLEPINTE (AFP)

    Ségolène Royal présente son "pacte présidentiel" pour relancer sa campagne

    Ségolène Royal a présenté dimanche son "100 mesures, reprenant certaines de ses propositions les plus polémiques, au cours d'un grand meeting à  Villepinte destiné à  relancer sa campagne, alors qu'elle est en recul dans les sondages.

    Ce "pacte d'honneur et de confiance", qui fait écho aux 110 propositions de François Mitterrand, promet notamment une série de mesures sociales, dont une hausse du Smic à  1.500 euros (contre 1.250 aujourd'hui) "le plus tôt possible" ou l'augmentation de 5% des "petites retraites".

    La candidate socialiste a affiché sa volonté de "se battre et de vaincre" à  dix semaines de l'élection lors d'un discours offensif, à  forte tonalité sociale, destiné à  relancer sa campagne.

    Elle s'est engagée à  instaurer "une sécurité sociale professionnelle", en affirmant qu'elle voulait être "la présidente du travail pour tous et du métier pour chacun".


    © Bertrand Guay
    Ségolène Royal à  Villepinte le 11 février 2007

    Ségolène Royal a également plaidé pour une "France métissée" qui donne l'exemple en matière d'environnement et qui "revienne à  la table de l'Europe", après le rejet en 2005 de la Constitution européenne.

    Devant plusieurs milliers de militants, la candidate socialiste a expliqué qu'il fallait "encourager le passage du RMI au travail", en se prononçant pour la création d'un "revenu de solidarité active".

    Ce revenu, a-t-elle dit, "garantira les prestations et assurera que quelqu'un qui retrouve un travail ne voit plus ses revenus baisser".

    Elle a appelé de "ses voeux une France où chacun peut donner la pleine mesure de son talent, de son énergie sans passer par la case de l'humiliation". "C'est ça la sécurité sociale professionnelle", a-t-elle lancé sous les ovations de la salle.

    Ségolène Royal a aussi promis "la gratuité totale des soins pour les moins de 16 ans", à  donner "une carte santé pour les jeunes de 16 à  25 ans" et à  renforcer la médecine scolaire.

    Elle a proposé également la gratuité de la contraception "pour toutes les filles, toutes les femmes de moins de 25 ans".


    © Eric Feferberg
    Des militants socialistes à  Villepinte le 11 février 2007

    "Toutes ces actions entraîneront des économies dans les dépenses de santé, car la prévention dès le plus jeune âge est très efficace", a fait valoir Ségolène Royal.

    Accueillie par une longue ovation des 15.000 personnes rassemblées, selon les organisateurs, au Parc des expositions de Villepinte, près de Paris, Mme Royal a lancé: "Voici venu le temps de vous dire comment j'entends répondre à  cette crise qui mine notre société".

    "J'ai voulu prendre le temps de vous écouter", a-t-elle dit, défendant sa phase de "démocratie participative" et promettant "une France qui se ressemble et qui se rassemble".

    Elle a affiché son "désir de (se) battre, de vaincre et de proposer cette politique d'alternance qui seule sera capable de surmonter les crises".

    Son intervention est considérée comme un moment décisif de la campagne alors que son camp s'inquiète de l'avance prise dans les sondages par son adversaire de droite, le ministre de l'Intérieur Nicolas Sarkozy, qui a, de son côté, réuni plus tôt dimanche ses "comités de soutien" à  Paris.

    Le "pacte présidentiel" de Ségolène Royal comprend une série de 100 mesures pour beaucoup inspirées du programme du PS, mais reprend certaines des propositions les plus polémiques de la candidate, comme la révision de la carte scolaire, des centres éducatifs avec encadrement militaire pour jeunes délinquants ou des "jurys citoyens" dans les collectivités.

    Il propose aussi "une conférence nationale sur les salaires, les revenus et la croissance réunissant les partenaires sociaux dès 2007", une "sécurité logement tout au long de la vie", avec limitation du coût du logement pour les ménages modestes à  25% des revenus.

    Le premier secrétaire du PS François Hollande, compagnon de Mme Royal, a de son côté affirmé dans son discours à  Villepinte que la campagne présidentielle "s'engage vraiment aujourd'hui", en soulignant que le pays attend "un affrontement clair entre la gauche et la droite".

    Outre la démonstration de force, l'équipe de Mme Royal entendait faire de ce meeting une démonstration d'unité autour de la candidate, avec les "éléphants du PS" réunis à  Villepinte, à  l'exception de Lionel Jospin.

    La candidate, en veste rouge, s'est exprimée sur un fond bleu-gris, dans un décor de panneaux dessinant un patchwork de photos d'hommes, de femmes et d'enfants dans leur vie quotidienne.

    François Rebsamen, numéro deux du PS et codirecteur de la campagne, a annoncé des "réunions du changement" dans toute la France, "à  partir de demain (lundi)", ainsi que l'organisation le 18 mars d'"une grande fête des élus et des citoyens" à  Villepinte.

    C'est à  ce moment que sera connu l'ensemble du projet de Ségolène Royal, donnée par tous les sondages battue au deuxième tour de la présidentielle, depuis l'investiture le 14 janvier de son grand rival de droite Nicolas Sarkozy.

    La matinée de dimanche avait été consacrée à  dégager les points forts des "cahiers d'espérances", une synthèse des "débats participatifs" tenus dans toute la France et sur l'internet pendant plusieurs mois.

    "Plus juste, la France sera plus forte", est le nouveau slogan de la campagne présidentielle de Ségolène Royal.

    Le slogan en lettres rouges, qui remplace l'ancien, "le progrès pour tous, le respect pour chacun", a été dévoilé dimanche juste à  l'issue du discours de la candidate socialiste à  la présidentielle, qui présentait son programme à  Villepinte (Seine-Saint-Denis) sous forme d'un "pacte présidentiel" comprenant cent propositions.

    "Plus juste, la France sera plus forte", est le nouveau slogan de la campagne présidentielle de Ségolène Royal.

     

    Partager cet article
    Repost0
    2 février 2007 5 02 /02 /février /2007 16:18

    Aujourd'hui à la conférence de Paris, Monsieur CHIRAC appelle à une révolution pour sauver la planète. Il a appelé à " une révolution des consciences, de l'économie et de l'action politique pour sauver la planète".

    Comment un africain qui ne vit que pour essayer de se nourrir et nourrir sa famille peut t'il prendre conscience que la planète court un danger et lui avec, alors que lui c'est tout les jours qu'il court un danger avec la pollution, les déchets toxiques, la famine, les guerres etc...Il aurait pu appeler à une révolution des femmes et hommes vivant en Afrique contre leurs gouvernements, afin que ces derniers partagent équitablement les revenus des ressources naturelles de leurs pays pour qu'enfin la population puisse avoir envie de rester chez elle pour étudier, travailler et commencer à se préoccuper de son environnement.

    Pas de photos style catalogue de vacances, mais des photos montrant la réalité de tous les jours dans un pays ou la population est d'une gentillesse incroyable.

    Bord du Wuri à Douala

    Ecole à Douala

     
     
     
     

      Texte de l'AFP - vendredi 2 février 2007

    Jacques Chirac a appelé vendredi à une "révolution" des consciences, de l'économie et de l'action politique pour sauver la planète, à l'ouverture d'une conférence internationale sur la gouvernance écologique mondiale.
    "Face à l'urgence, le temps n'est plus aux demi-mesures: le temps est à la révolution. La révolution des consciences. La révolution de l'économie. La révolution de l'action politique", a dit le président de la République d'une cérémonie au palais de l'Elysée.
    La conférence coïncide avec la publication du rapport très attendu des experts du Groupe intergouvernemental sur l'évolution du climat (Giec). Selon celui-ci, les émissions de gaz à effet de serre dues à l'activité humaine causeront de graves dérèglements climatiques, avec un réchauffement et une hausse du niveau des mers "pendant plus d'un millénaire".
    "Le jour approche où l'emballement climatique échappera à tout contrôle: nous sommes au seuil de l'irréversible", a averti Jacques Chirac, qui s'exprimait devant quelque 200 représentants de plus d'une cinquantaine de pays réunis à Paris pour lancer le projet d'une Organisation des Nations unies pour l'environnement.
    Le président de la Commission européenne José Manuel Barroso, la présidente de l'Assemblée générale de l'ONU, Sheikha Haya Rashed Al-Khalifa, la primatologue Jane Goodall, connue pour sa défense des grands singes, et l'écologiste Nicolas Hulot se trouvaient aux côtés du chef de l'Etat.
    M. Chirac a estimé qu'il fallait "construire une gouvernance mondiale de l'environnement. L'unilatéralisme, dans ce domaine aussi, mène à une impasse".
    Il a ainsi proposé de transformer l'actuel Programme des Nations unies pour l'Environnement (PNUE) "en une organisation des Nations unies à part entière".
    "Cette ONUE portera la conscience écologique mondiale", a-t-il dit en soulignant que "forte d'un mandat politique, (...) elle donnera plus de force, plus de cohérence à notre action collective".
    "L'ambition de notre conférence, c'est de (...) constituer un groupe de pays pionniers, prêts à porter ce projet d'Organisation des Nations unies pour l'environnement, afin de convaincre les pays qui hésitent encore", a conclu M. Chirac.
    Si les Européens ont adhéré à ce projet, les principaux pays pollueurs comme les Etats-Unis et la Chine ou les grands pays émergents tels le Brésil ou l'Inde y sont hostiles.
    M. Chirac a aussi proposé l'adoption à l'ONU d'une "Déclaration universelle des droits et des devoirs environnementaux.
    Il a insisté sur la nécessité d'une "transformation radicale de nos modes de production et de consommation", soulignant qu'il fallait "susciter des ruptures technologiques" en développant les énergies sans gaz à effet de serre, le chauffage solaire ou les bioénergies tout en renforçant les économies d'énergie.
    Mais, selon lui, il faut aussi éviter "la guerre écologique" avec un effort "équitablement réparti" entre pays du nord et du sud et une aide aux pays pauvres, les plus affectés par le changement climatique.
    "Sachons allier lutte contre la pauvreté et révolution technologique, en reprenant la notion de patrimoine commun de l'humanité", a déclaré M. Chirac en proposant à nouveau d'instaurer "une taxation internationale sur le carbone".

    Partager cet article
    Repost0
    31 janvier 2007 3 31 /01 /janvier /2007 19:02

     

     

     5 MINUTES DE REPIT POUR LA PLANETE

    1 ER FEVRIER 2007

           

    ON ETEINT TOUT

    Article des amis de la terre : http://www.amisdelaterre.org

     Le changement climatique et, de manière plus générale, l?environnement dégradé par nos modes de production et de consommation rentrent maintenant parmi les préoccupations principales. "5 minutes de répit pour la planète", est un moyen simple de rendre visible la mobilisation collective des citoyens face à l?urgence de la situation.

    Une baisse brutale de la consommation ne va-t-elle pas provoquer une surtension dans les centrales électriques ?

    Une telle mobilisation va certainement faire baisser sensiblement le taux de consommation d?électricité à l?échelle française. Et lorsqu?il y a une baisse de la demande, cela peut créer une surtension dans les centrales électriques dont la production est adaptée aux prévisions de consommation. Mais nous avons prévenu le réseau de transport d?électricité de France (RTE) de façon à ce qu?ils prennent leurs dispositions. Par ailleurs, nous incitons tous ceux qui vont participer à cette action à ne pas rallumer toutes les lumières et les appareils en veille dès 20h.

    Pourquoi le 1er février ?

    Cette date a été choisie car le lendemain, 2 février 2006, sera rendue publique, à Paris, la première partie du 4ème rapport du GIEC, le groupe d?experts intergouvernemental sur l?évolution du climat (GIEC) des Nations Unies. Le GIEC constitue aujourd?hui l?organe scientifique international de référence sur le changement climatique. Cette première partie concerne les aspects scientifiques du réchauffement climatique. Les deuxième et troisième parties concerneront respectivement les impacts du changement climatique et les solutions à mettre en ?uvre. La synthèse du rapport sera rendue à l?automne prochain à Valence. Nous profitons donc de cet événement à Paris pour braquer les projecteurs sur la situation actuelle du climat mondial et rappeler qu?il existe de multiples solutions à mettre en ?uvre, tant par les décideurs que par les citoyens. 

    D?autre part, les 2 et 3 février prochains aura lieu, à l?initiative de J. Chirac, une conférence internationale sur l?environnement. Ce colloque aura notamment pour tâche de réfléchir à la création de l?Organisation des Nations Unies pour l?Environnement. Alors que de nombreuses personnalités seront présentes pour l?événement, c?est le moment de créer un vaste mouvement citoyen en France autour de la question du réchauffement climatique.

    Comment va-t-on pouvoir mesurer l?impact de la mobilisation ?

    Les Amis de la Terre sont en négociation avec RTE (Réseau de Transport d?Electricité) pour mesurer en direct l?impact sur la courbe de charge de la consommation du pays. Il est donc probable que nous retransmettions sur notre site Internet la baisse de consommation du 1er février. Vous pouvez d?ores et déjà consulter la courbe de consommation en temps réel sur leur site Internet, mais cette courbe ne fait état de la consommation que tous les quarts d?heure, ce qui ne sera peut-être pas assez précis pour visualiser la baisse de consommation le jour J.

    D?autre part, nous pouvons déjà constater l?ampleur qu?a pris le mouvement au regard du grand nombre de sites Internet ayant relayé l?information, du nombre d?associations qui soutiennent l?action, et du nombre d?initiatives locales qui ont lieu en rapport avec les 5 minutes de répit pour la planète.

    Pour plus de détails, vous pouvez consulter la liste des associations qui soutiennent cette action ici et notre article sur les initiatives particulières liées à l?action.

    Est-ce qu?éteindre sa lumière pendant 5 minutes va économiser de l?énergie ?

    Le but de cette action n?est pas de faire économiser de l?énergie pour réduire les émissions de gaz à effet de serre. Pour cela, les actions doivent être durables, quotidiennes, et concerner tous les postes de consommation d?énergie (voiture, chauffage, ...). Cinq minutes de répit pour la planète est avant tout une action symbolique et un moyen de générer des questionnements sur le réchauffement climatique. En étant un mouvement citoyen, cette action permet à tous de s?impliquer (en éteignant ses lumières et en diffusant l?information) ; elle montrera que les citoyens français se sentent concernés par cette question.

    Une action sur la lumière est ce qu?il y a de plus visible, mais bien sûr, ce n?est pas ce qui consomme le plus. Les activités les plus consommatrices en France sont les transports (31%) et le chauffage et l?eau chaude des bâtiments (33%). Mais appeler les automobilistes à s?arrêter pendant 5 minutes aurait pu être très dangereux, et appeler à une coupure du chauffage n?aurait pas été très spectaculaire (mais pas dangereux...).

    Puisque l?électricité en France est produite principalement à partir de centrales nucléaires, quel est le rapport entre l?extinction des lumières et le changement climatique ?

    Il est important, tout d?abord, de préciser qu?au moment des heures de pointe (comme c?est le cas entre 19h55 et 20h), les centrales nucléaires ne peuvent assurer l?ensemble de la production énergétique française. Elles sont donc relayées par des centrales thermiques alimentées par du gaz ou du charbon, donc polluantes.

    Mais de manière plus générale, cette action a pour but d?amener des réflexions sur les économies d?énergie. En effet, nous savons aujourd?hui ce qu?il est possible de faire pour arriver, au minimum, à une stabilisation de l?évolution climatique, que ce soit au niveau des citoyens, des entreprises ou des politiques publiques.

    Vous pouvez consulter notre fiche Les gestes quotidiens

    D?autre part, au delà de la question du réchauffement climatique, il est également nécessaire de rappeler que la production énergétique nucléaire n?est pas la solution. Il s?agit aujourd?hui de la plus importante source en France, or elle présente de très nombreux problèmes : déchets radioactifs stockés et non recyclables, dangerosité des centrales de productions (dont témoignent des incidents réguliers en France).

    Que représente la consommation électrique des ménages en France ?

    Le Gestionnaire du Réseau de Transport d?Electricité de France (RTE) a publié son bilan de la consommation électrique française en 2006 (pour plus de détails, cliquer ici). Pour la première fois depuis 9 ans, la consommation électrique globale a baissé de 1% par rapport à 2005. Cependant, cela ne doit cacher le fait que la consommation électrique des ménages a, quand à elle, augmenté de 2%.

    Quelques liens pour en savoir plus :
    L?Alliance pour la Planète
    www.lalliance.fr
    Réseau Action Climat France
    www.rac-f.org
    -  
    J?adapte mes gestes au quotidien
    -  Agir pour l?Environnement vous informe sur les pics de consommation électrique et leurs impacts.
    Ici.
    -  Le Réseau Sortir du nucléaire écrit au GIEC pour dénoncer la politique nucléaire de la France.
    Ici.
    -  Le scénario NégaWatt.
    Ici.


    un autre article sur le 1er février 2007,
    Par Cyrielle Den Hartigh

    L?Alliance pour la Planète (groupement national d?associations environnementales) lance 5 minutes de répit pour la planète, un appel simple à l?attention de tous les citoyens : le 1er février 2007 entre 19h55 et 20h00, éteignez veilles et lumières.

    Il ne s?agit pas d?économiser 5 minutes d?électricité uniquement ce jour-là, mais d?attirer l?attention des citoyens, des médias et des décideurs sur le gaspillage d?énergie et l?urgence de passer à l?action ! 5 minutes de répit pour la planète : ça ne prend pas longtemps, ça ne coûte rien, et ça montrera aux candidats à la Présidentielle que le changement climatique est un sujet qui doit peser dans le débat politique.

    Pourquoi le 1er février ? Le lendemain sortira, à Paris, le nouveau rapport du groupe d?experts intergouvernemental sur l?évolution du climat (GIEC) des Nations Unies. Cet événement aura lieu en France : il ne faut pas laisser passer cette occasion de braquer les projecteurs sur l?urgence de la situation climatique mondiale.

    Si nous y participons tous, cette action aura un réel poids médiatique et politique, moins de trois mois avant l?élection présidentielle !

    Et profitez-en pour ne pas tout rallumer dès 20 h. Pourquoi ne pas enchaîner par un dîner aux chandelles par exemple ?

    Faites circuler au maximum cet appel autour de vous et dans tous vos réseaux ! Faites le également apparaître sur votre site Internet et dans vos news letters.

    Vous nous soutenez dans cette action symbolique, vous pouvez également nous soutenir dans nos actions au long court ! Tout le long de l?année, nous menons un travail de terrain, de sensibilisation et de pression auprès des décideurs, sur différents thèmes, et en particulier sur la question de l?efficacité énergétique. Les rassemblements :

    ? A Paris, un rassemblement est prévu sous la Tour Eiffel vers 19h30, alors que celle-ci éteindra tous ses feux pour l?occasion. Une Vélorution s?y rassemblera également.

    ? Des citoyens de Toulouse se donnent rendez-vous place du Capitole à Toulouse, lundi 29 janvier à 18 h 30 pour annoncer l?action des 5 minutes de répit pour la planète. Apportez vos bougies... Renseignements : Daniel Roussée 06 61 97 83 28. Par ailleurs, le groupe Toulouse Décroissance et les Amis de la Terre Midi-Pyrénées vous propose de participer à la mobilisation générale. Rendez-vous jeudi 1er février sur la place du Capitole entre 18H et 20H ; du vin chaud bio vous sera offert. Venez à vélo et participez à la vélorution infernale sur de la place du Capitole ! Contact : Alexandre Zerbib 05 62 21 20 50

    ? Des citoyens de Marseille se rassemblent sur le cours Etienne D?orves le jeudi 1er à partir de 19h30 pour voir les bars s?éteindre à 19h55 ! 

     

    Jécris tranquillement mon blog, quand tout à coup je regarde mon jules et je lui dit demain on éteint les lumières de 19h55 à 20h00 pour être solidaire avec la planète. cela sera 5 mn de répit pour la planète, et même si cela n'est pas beaucoup, dans le monde entier cela peut prendre des proportions énormes et faire enfin prendre conscience aux habitants qu'avec quelques gestes simples, comme couper les lumières lorsque l'on est pas dans une pièce, ou arrêter les appareils en veille afin d'économiser de l'énergie. Alors il me répond pas de problème, je coupe le dijoncteur comme cela tout est éteint. 

    Une grande dame qui demain aura un geste solidaire

                                                                 

     

     

     

     

     

     

    Partager cet article
    Repost0
    24 janvier 2007 3 24 /01 /janvier /2007 18:40

    PROBLEME TECHNIQUE SUR OVER BLOG, une partie des images disparues, en attente que la maintenance se fasse. Pour l'article d'hier, il faudra attendre un peu .

    MERCI

    Partager cet article
    Repost0
    22 janvier 2007 1 22 /01 /janvier /2007 14:18

    Ce matin, ma fille vient me dire bonjour dans la cuisine et elle me dit " tu sais, l'Abbé Pierre est décédé, c'est triste" et je reste comme une idiote à ne rien répondre. C'est vrai, elle m'étonne, lorsque je lui dit bethoveen, elle me répond le chien, et la d'un coup d'un seul elle me parle de l'Abbé Pierre et de ce qu'il faisait pour aider les exclus. Elle a 15 ans, s'occupe surtout de ces cours, ses mangas, ses dessins, mais je me suis dit que c'était avec la  future génération motivée par ces problèmes  que nous allions arriver à faire que le monde change et qu'en france, les gens arrivent à ne plus avoir faim et avoir froid.

                                                    __________________________

    L'ABBE PIERRE FONDATEUR D'EMMAUS EST DECEDE A L'AGE DE 94 ANS

    L'abbé Pierre pose à son domicile, le 03 août 2005 à Alfortville.

    Dépêche de ce matin sur Internet
    L'abbé Pierre, fondateur des compagnons d'Emmaüs et apôtre des sans-abri, s'est éteint lundi matin à 05H25 à l'âge de 94 ans à l'hôpital parisien du Val-de-Grâce où il était hospitalisé depuis une semaine pour une bronchite."Avec cette disparition, c'est toute la France qui est touchée au coeur, a déclaré le président de la République Jacques Chirac, dès l'annonce de la mort de l'abbé". "La France perd une immense figure, une conscience, une incarnation de la bonté".
    Martin Hirsch, président d'Emmaüs France a raconté à l'AFP les derniers instants de l'abbé : "L'abbé Pierre est mort cette nuit à 5H25 au Val de Grâce entouré de quelques proches. L'infection pulmonaire pour laquelle il avait été hospitalisé, après une amélioration tout au long de la semaine, l'a finalement emporté".
    "C'est bien entendu une peine terrible pour l'immense famille qu'il représentait, pour les compagnons et toutes celles et ceux qu'il a aidés", a ajouté Martin Hirsch, en quittant l'hôpital en début de matinée.
    "Mes amis, au secours! Une femme vient de mourir gelée cette nuit à 3 heures", c'est ainsi qu'avait commencé l'appel de l'abbé Pierre, le 1er février 1954, lancé sur les ondes de Radio-Luxembourg, en faveur des sans-abri. Un appel qui allait devenir le symbole du combat de toute sa vie, la défense des mal-logés. L'abbé Pierre, de son nom Henri Grouès, avait fondé la première communauté Emmaüs en 1949.
    Les modalités de l'hommage qui lui sera rendu seront connues en fin de matinée, après une réunion au siège de la Fondation Emmaüs France.
    Des voix se sont déjà élevées pour demander des obsèques nationales, notamment celle de l'ancien président de la République, Valéry Giscard d'Estaing.
    Le député UMP Georges Fenech, président du groupe d'étude parlementaire sur les sans-abri, a indiqué de son côté que lors de son examen à l'Assemblée Nationale, il proposerait de donner au projet de loi sur le droit au logement opposable le nom de l'Abbé Pierre.
    Les réactions ont immédiatement affluées dès les premières heures de la matinée. L'abbé Pierre "nous a montré la voie de la générosité individuelle et collective", "il manquera à tous les Français", a déclaré le Premier ministre Dominique de Villepin qui a "la mémoire d'un homme de coeur et d'engagement, qui a montré à tous le chemin vers les plus démunis".
    "Le long cri de colère de l'abbé Pierre contre la pauvreté ne doit pas s'éteindre ", a affirmé Ségolène Royal, candidate socialiste à l'élection présidentielle. "De la résistance à l'appel de 1954, de la création d'Emmaüs à son combat contre toutes les formes d'injustice, l'Abbé Pierre était la voix de l'insurrection et de l'interpellation. C'était un homme de combat", a pour sa part déclaré Nicolas Sarkozy, candidat UMP à l'élection présidentielle.
    "Bouleversé", Bernard Kouchner, fondateur de Médecins sans Frontières et ami de l'abbé Pierre, a salué un "abbé de combat" dont il a appris "la leçon de colère, d'illégalité lorsqu'il fallait".
    Au delà des réactions officielles, l'annonce de la mort de l'Abbé Pierre a bouleversé nombre d'anonymes, même si les esprits étaient préparés à la mort de cet homme affaibli par l'âge. Ainsi devant le Val de Grâce, Kamila Sesta, 57 ans, musulmane, avait tenu à rendre hommage à l'Abbé Pierre avant de se rendre à son travail : "Je suis profondément émue, car il participait à la lutte pour tous ceux qui sont "sans", les sans-logis, les sans-papiers".
    "Sa mort ça me fait plus mal que la morsure du froid ce matin", expliquait pour sa part Gilles Vasseur, un SDF vivant dans une tente près du périphérique à Paris : "Nous, les sans-abri, les sans-rien sommes aujourd'hui tous orphelins".
                                                 ____________________________
    J'ai vu affiché sur une vitrine à Vincennes, un papier disant "venez visiter le camping du Bois de Vincennes", je laisse à ces imbeciles le droit d'aller camper dans le bois avec l'humidité, le froid qui arrive, la neige peut être, le manque d'hygiène et l'insécurité qui y règne et après ils pourront raler contre les gens qui campent dans le bois. J'ai aussi entendu, ils sont dans la nature, et ils ont l'eau courante. La bétise est partout.
    Adieu l'Abbé Pierre
     
    Partager cet article
    Repost0
    20 janvier 2007 6 20 /01 /janvier /2007 19:03

    L'écologie est aussi et surtout un problème culturel, le respect de l'environnement passe par un grand nombre de changements comportementaux
    Nicolas Hulot 

    pour tout savoir sur le PACTE ECOLOGIQUE de Nicolas HULOT :

    www.pacte-ecologique-2007.org

    C'est en regardant des photos de mon jules lors de son voyage à tahiti que j'ai pensé que l'écologie était un vrai problème dans ces iles fréquentées par des dizaines de milliers de touristes et que le respect de l'environnement passe par un grand nombre de changements comportementaux de la part des touristes et des habitants. Et puis, il ne faut pas oublier tous les essais atomiques réalisés sur place, le pillage des coraux, les élevages de poissons, ect....Mon jules voulait m'emmener en voyages de noces à Tahiti,  non merci, le farniente au bord de l'eau, c'est pas ma tasse de thé, et puis une fois fait le tour, je fais quoi,  alors j'ai préféré aller marcher sur la cote Basque, puis les pyrénnés et enfin la provence afin de faire découvrir à ma fille (la grande) des endroits qu'elle ne  connaissait pas. Et Tahiti ce n'est pas un endroit ou il peut compter emmener sa fille (la petite) elle préfère l'Afrique.

     

    Partager cet article
    Repost0